Grèce: comment l’extrême-droite s’est installée dans les tribunes

La crise économique grecque, et ses mesures d’une rare brutalité, a sérieusement dégradé les conditions de vie des exploités du pays. Elle a aussi amplifié l’audience des discours nationalistes. Les stades de football sont, on le sait, des terrains d’expression privilégiés pour le chauvinisme et la xénophobie. L’exaltation des fiertés patriotiques se cache souvent derrière le paravent du prétendu apolitisme du sport. Le parti néo-nazi d’Aube Dorée a su en profiter, en investissant le soutien à l’équipe nationale au début des années 2000. Retour sur une installation progressive qui trouve aujourd’hui un nouvel appui dans le regain de tensions nationalistes autour du nom de la Macédoine.

Premières infiltrations nazies fin 70

Une apparition de la NOPO datant peut-être de la fin des années 80.

En Grèce, l’histoire des supporters de l’équipe nationale est relativement récente. Au sortir de la dictature des colonels en 1974, le football n’est pas un sport majeur dans le pays. L’avènement du professionnalisme en 1979 va néanmoins permettre à plusieurs industriels, armateurs ou patrons de presse, d’étendre leur activité et leur influence dans la sphère du football.

La sous-culture “ultras”, importée d’Italie, se développe aussi à cette période. Parmi les premiers clubs de supporters, la Gate 13 du Panathinaikos naît en 1966. Celle-ci attire toutefois une partie de la jeunesse d’extrême-droite. De là, apparaissent les premiers groupes « politisés » avec la NOPO (Organization Nazie des Supporters de Panathinaïkos ) à la fin des années 70, qui importe dans les tribunes symboles néo-nazis et banderoles racistes, ou encore la TOFA (Organisation Terroriste des Supporters d’AEK).

Leur influence restait limitée en raison de leur tout petit nombre, mais était suffisamment nocive pour l’image des clubs. Notamment pour le Panathinaikos régulièrement qualifié pour la Coupe d’Europe. Dans les années 80, le phénomène qui n’avait jamais pris une forme massive finit par être endigué, malgré quelques petites ré-apparitions fugaces de temps à autre.

Aujourd’hui on peut trouver des supporters antifascistes comme des supporters nationalistes dans toutes les tribunes du pays. Ce mélange des genres est permis par la ligne “apolitique” adoptée officiellement par une majorité des tribunes, qui signifie que le club est au-dessus de tous les clivages politiques mais qui en fait permet largement à l’extrême-droite de s’infiltrer. Parmi les équipes les plus populaires, les Originals 21 de l’AEK se définissent antifasciste. Le groupe explicitement antifasciste de la Gate 13, qui s’était renforcé après l’insurrection de Décembre 2008, a depuis quitté le stade. A Thessalonique, il y a aussi un fort ancrage antifasciste dans les tribunes des trois principaux clubs de la ville: PAOK, Aris et Iraklis. A l’inverse, la Gate 7 de l’Olympiakos est connue comme un véritable bastion ultra-nationaliste.

Les néo-nazis se tournent vers l’équipe nationale

Première apparition de Galazia Stratia lors d’un match contre la Finlande en octobre 2001. La banderole proclame “La Grèce est au-dessus de tout” inspiré du “Deutschland Uber Alles” des Nazis allemands.

Durant les années 90, la Guerre des Balkans et son cortège de nettoyages ethniques forcent des centaines de milliers de personnes à fuire à travers l’Europe, notamment dans une Grèce gagnée par un fort racisme anti-Albanais.

Alors qu’il n’y a pas de réel groupe de supporters structuré derrière l’équipe nationale, Aube Dorée, qui n’est encore qu’un microscopique parti néo-nazi, y voit un espace propice à sa propagande raciste et anti-immigrés, et appelle à « transformer le patriotisme spontané et encore immature des stades de foot, en patriotisme mûr et conscient ».

Certains adversaires comme la Turquie ou l’Albanie concentrent cette haine patriotique dont Aube Dorée se nourrit. Quand, en 1999, des fans albanais brûlent un drapeau grec, acte amplifié par un traitement médiatique exagéré, des attaques anti-immigrés ont lieu dans le centre d’Athènes. C’est l’acte fondateur du premier groupe de supporters de l’équipe nationale, Galazia Stratia (l’Armée Azur2), créée « pour défendre la fierté nationale grecque dans les stades ». Le message a le mérite d’être clair. « L’Armée Azur » est faite « pour tous ceux, quelque soit leur bord politique, qui se sont sentis insultés par le brûlage du drapeau grec ».

Le chef de Galazia Stratia est Ilias Panagiotaros, cadre d’Aube Dorée devenu député en 2012, et un supporter néo-nazi du Panathinaikos, surnommé “Rabbit”. Le but avoué de Galazia Stratia est de servir à recruter des hooligans nationalistes pour le parti, sur le modèle des « Tigres d’Arkan ». Du nom de cette milice paramilitaire serbe, constituée à partir de hooligans de l’Etoile Rouge de Belgrade, et impliquée dans divers massacres de la Guerre des Balkans.

Euro 2004

Banderole avec la croix celtique, symbole fasciste, et l’ancien méandre grec qui sert de logo à Aube Dorée, il est écrit: “La capitale de la Grèce est Constantinople”

Dès sa première apparition en tribune, lors de la réception de la Finlande, « l’Armée Azur » se fait remarquer avec ses saluts nazis et ses croix celtiques. Mais elle se fera surtout connaître par l’action coup de poing au siège de la Fédération Grecque de Football en novembre 2001. Symboles fascistes au vent, slogans xénophobes, drapeau turc brûlé et tracts annonçant « La Grèce est au-dessus de tout », pour protester contre la candidature commune avec la Turquie pour l’organisation de l’Euro 2008.

La victoire surprise lors de l’Euro 2004 va inévitablement servir de caisse de résonance à « l’Armée Azur ». Parfait tremplin aux discours sur la soit-disant « supériorité » de la Grèce sur ses voisins des Balkans et de Turquie. Les symboles nationalistes se banalisent dans certains stades à la faveur du regain d’intérêt pour l’équipe nationale. Galazia Stratia jouit alors d’une certaine « respectabilité » entretenue par les médias.

Pourtant, les matchs de l’équipe nationale donnent régulièrement lieu à des exactions anti-immigrés que la police prend l’habitude de couvrir, aidant ainsi à l’implantation progressive d’Aube Dorée dans l’espace publique. Un pic de violence est atteint après une défaite à domicile face à l’Albanie en 2004. Des membres de Galazia Stratia ont alors participé à des émeutes racistes anti-Albanais, qui se sont soldées par la mort d’un Albanais et de nombreuses voitures d’Albanais vandalisées ou brûlées.

Galazia Stratia se fait régulièrement remarquer, jusqu’à récemment en 2016, lors de la réception de la Bosnie où les hooligans grecs ont exhibé une banderole se moquant du massacre de Srebrenica en 1995, auquel une douzaine de « Volontaires Grecs » ont pris part, et où 8000 Musulmans bosniaques furent exécutés.

La Gate 7, bastion nationaliste

Soutenir l’équipe nationale est un parti pris nationaliste. C’est pourquoi un grand nombre de supporters des principaux clubs du pays ne se rangeront jamais derrière. Certains groupes se sont même réunis au sein du réseau antifasciste, Radical Fans United, créé en 2009. En retour, les hooligans d’extrême-droite avaient créé le réseau No Fair-Play 88 !3 dont le blog a fermé fin 2013, en pleine vague d’inculpations des leaders d’Aube Dorée après le meurtre de Pavlos Fyssas, rappeur antifasciste connu sous le nom de Killah-P, et fan de l’Olympiakos, poignardé par un membre du parti. La Gate 7 est le seul groupe de supporters du pays à ne pas avoir « dénoncé » le meurtre.

L’Olympiakos est actuellement le meilleur club du pays, même si le plus populaire reste le Panathinaikos. La Gate 7 est jumelée avec les Delije de l’Etoile Rouge de Belgrade. Il n’est pas rare d’y croiser des supporters avec des insignes à l’effigie de Slobodan Milošević. Et le comportement raciste de ses supporters à déjà valu au club des sanctions de la part de l’UEFA.

Dans l’agglomération du Pirée, principal port du pays et territoire de l’Olympiakos, Aube Dorée fait des scores électoraux énormes. Toutefois, aux élections municipales du Pirée même, les votes se sont tournés vers la doublette menée par le président du club, l’armateur Evángelos Marinákis avec Yannis Moralis, ancien porte-parole du club.

Question de la Macédoine

“Il n’y a qu’une seule Macédoine et elle est ici” Banderole affichée le long d’une des tribunes latérales du stade du PAOK

Ces dernières années des groupes de hooligans nationalistes se sont aussi fait remarquer autour du PAOK. Ces groupes prospèrent derrière « l’apolitisme » et l’hétérogénéité revendiquée de la Gate 4, connue comme les fans les plus bouillants et « fous » du pays. Cette stratégie dite du “No Politika” est un réel outil d’implantation de l’extrême-droite en tribune ces dernières années en Grèce.

Le climat actuel à propos du changement de nom de la Macédoine attise le nationalisme grec dans des Balkans où les questions identitaires restent explosives. En janvier 2018, 150 000 nationalistes et patriotes de tous bords ont manifesté à Thessalonique, derrière une banderole proclamant « La Grèce n’est pas à vendre, elle est la propriété du Christ ». Partant de cette manifestation, des hooligans du PAOK ont incendié le squat anarchiste Libertatia.

Servant de nervis au mouvement nationaliste grec revendiquant la Macédoine – comme les Serbes le Kosovo – ces hooligans du PAOK ont attaqué des rassemblements anti-nationalistes ainsi que le club Proodeftiki, connu pour sa proximité avec les milieux gauchistes.

On le voit, l’activisme politique des supporters grecs est un sac de nœuds. Et les choses changent parfois vite, à la faveur de ce qui se passe dans le reste de la société. Les questions identitaires et l’esprit de clocher y prennent maheureusement trop souvent le pas sur la question sociale. On l’a vu aussi, dans un autre registre avec les affrontements entre supporters antifascistes de l’AEK et militants anarchistes opposés au projet immobilier de construction du nouveau stade du club. Mais on touche là au rapport clientéliste entre propriétaires des clubs et supporters, et c’est un autre sujet.

*******************

Notes:

1Référence à la División Azul, légion de volontaires espagnols partis engagés aux côtés des Nazis sur le Front de l’Est, à partir de 1941.
2« 88 » signifiant « Heil Hitler ! » dans la symbolique néo-nazie.

********************

Sources:

« Football fans culture and politics in modern Greece: the process of fandom radicalization during the austerity era », Yiannis Zaimakis, in Soccer & Society n°19 (2018), pp 252-270
« Les maux grecs », Alexandros Kottis, SoFoot.com, 9 juin 2017
« Notes sur le nationalisme grec et la Macédoine », Alerta Comunista, 23 janvier 2018

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*