Le tifo du MFC 1871 censuré par facebook

Dimanche dernier, le Ménilmontant FC 1871, club parisien à l’engagement social et antifasciste assumé, recevait Championnet Sport à Bobigny. Comme à leur habitude, les supporters du MFC ont animé les tribunes. Leur tifo anti-police a provoqué l’émoi de l’extrême-droite identitaire.

“Quand je vois un véritable ouvrier en chair et en os en conflit avec son ennemi naturel, l’agent de police, je n’ai pas besoin de me demander de quel côté je suis” écrivait George Orwell dans son Hommage à la Catalogne. La fonction policière évoquée par Orwell est intemporelle sous le capitalisme: le maintien de l’ordre bourgeois et de sa montagne d’inégalités.

Alors que la culture ultra’ est traditionnellement traversée par l’apolitisme, les supporters militants du MFC 1871 n’ont jamais dissocié leur passion de leur engagement politique. Le tifo en question, qu’on retrouve dans la sélection “Tribunes Libres #11“, propose le dessin d’une voiture de police devant des flammes, entourée de deux petits poulets, surplombée d’une banderole “Ici on rêve que les poulets rotissent”. Clin d’oeil au morceau “Point de départ” de Hugo TSR, un rappeur du 18e arrondissement. Les références et clins d’oeil sont fréquents sur les banderoles des supporters. Au début de la saison, ceux du MFC avaient déjà repris les lyrics de “Du lundi au lundi”, un morceau de Niska.

Photo censurée par facebook

On peut aussi y voir une pensée pour l’épisode du Quai de Valmy pendant les manifestations contre la loi Travail du printemps 2016. Toujours est-il que la publication de la photo a connu un certain succès les réseaux sociaux. Si bien qu’en réaction une petite campagne classique de signalement et délation émanant de divers comptes liés à la fachosphère et à la mouvance identitaire, comme Paris Vox, aboutissant au bout de quelques heures à la suppression de la publication par facebook pour “non-respect des standards de la communauté”. Voir l’extrême-droite, fidèle à sa tradition de vile délatrice, se jeter comme des charognards sur une photo de tifo pour défendre la police n’est pas surprenant au regard de leur collusion de plus en plus évidente.

Comme souvent, les expressions en tribunes témoignent d’une actualité. Difficile en effet d’éluder le contexte social et politique depuis plusieurs mois en France, et les exactions commises au nom du maintien de l’ordre. Faut-il rappeler le durcissement de la répression policière, observé depuis les manifestations contre la Loi Travail, dont le mouvement des Gilets Jaunes et son cortège de mutilés peut témoigner? Sans oublier la longue liste de ceux qui ont été tués par la police ces dernières années, Adama Traoré, Amine Bentounsi, Lamine Dieng, Angelo Garand, Ali Ziri, Jérôme Laronze et tous les autres.

“ACAB”

Pour qui suit le Ménilmontant FC 1871, club parisien du 20e arrondissement, évoluant en 4e division du District de Seine-Saint-Denis, l’orientation politique de ses supporters n’est pas une surprise. Chaque dimanche, ils profitent du match de leur équipe pour se solidariser de diverses causes: résistance au Rojava ou en Palestine, grèves, lutte du peuple chilien… Depuis la naissance du club en 2014, les supporters qui accompagnent l’équipe, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, n’ont cessé de mettre en avant cet ancrage politique à l’extrême-gauche, dans les tribunes ou derrière les mains-courantes des stades du 93.

Ces dernières années, malgré les gérémiades en boucle des syndicats policiers, le slogan “Tout le monde déteste la police!”, est devenu une habitude des manifestations. Traduction d’un fossé ne cessant de se creuser entre un nombre de plus en plus grand nombre d’exploités et la police. De même que dans les stades, le slogan “ACAB”, All Cops Are Bastards, fait presque partie du folklore des tribunes. Et, vu la répression incessante subie par les supporters, il s’est imposé sans difficulté, dans les virages du monde entier.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*