Le Xerez Deportivo valide son maintien et rêve de play-off

(©El Mira)

En difficulté après la trêve hivernale, le club d’actionnariat populaire de Jerez de la Frontera est parvenu à redresser la barre avec la manière pour sa toute première saison à ce niveau. Sur sa lancée, le Xerez Deportivo peut encore accrocher les play-offs d’accession en Primera RFEF.

Invaincu depuis le 20 février dernier et une prestation indigne sur le terrain de la réserve de Las Palmas, soit dix matchs (6 victoires et 4 nuls), le Xerez Deportivo FC a mis les ingrédients qu’il fallait pour aller chercher son maintien. Objectif définitivement atteint après la victoire sur le CD Mensajero (2-1) à Chapín. Mieux, le Xerez DFC est complétement relancé dans une course aux play-offs d’accession en Primera RFEF. Dans le même nombre de points que Coria (5e) et Montijo (6e), qui les devancent à la différence de buts, les hommes de Pérez Herrera peuvent s’autoriser à rêver d’une fin de saison qui dépasse leurs espérances. Signe de la grosse homogénéité de ce Groupe IV de Segunda RFEF hors du quatuor de tête (Cordoba, Cacereño, Merida et Ceuta).

Le Xerez Deportivo a prouvé sa force de caractère

La chose la plus importante pour nous était d’assurer notre maintien. Et à partir de là, si les résultats nous le permettaient, essayer de se battre dans ces deux derniers matchs pour les play-offs que nous désirons tous après tout le chemin parcouru. C’est une position agréable et quelque chose à savourer dans ces deux prochaines semaines.” Jesús Ocaña, auteur du but victorieux face à Mensajero. Reste un déplacement à Antequera et la réception du CD San Roque qui, si elle s’avère décisive, peut mettre le stade Chapín en ébullition.

On se souvient qu’après plusieurs journées englué dans la zone de relégation le Xerez Deportivo avait réussi à sortir la tête hors de l’eau juste avant la trêve hivernale. Mais la trêve a été marquée par les départs de Raul Palma (UCAM Murcia), d’Álex Rueda (Nástic de Tarragona) ou celui plus surprenant d’Ignacio Goma, séduit par les conditions proposées par Mérida. La reprise a été compliquée et au soir de la 22e journée, le club de Jerez lorgnait plus vers la zone de relégation. Côté renforts, le club azulino a su se montrer malin, faisant signer le latéral gauche Urtzi Iriondo en provenance de Barakaldo. Tandis que Marc Fraile (Recreativo Huelva) et Gonzalo Poley (DUX Internacional de Madrid) sont venus combler les départs dans l’entrejeu et que le club est aussi allé chercher l’attaquant expérimenté David Grande (passé par Unionistas de Salamanca lors de la saison 2019/20). Un recrutement taillé pour aller chercher le maintien qui a mis quelques journées avant de porter ses fruits mais que le Xerez Deportivo ne doit regretter pour rien au monde.

Des recrues et des cadres au rendez-vous

Le club a retrouvé une régularité impressionnante et gommé ses lacunes défensives (4 buts encaissés lors des dix derniers matchs). Un redressement spectaculaire qui arrive sur la fin, mais c’est presque au meilleur moment. Une solidité à laquelle n’est pas étranger le portier Mario De Luis (19 ans), prêté fin janvier par le Real Madrid pour pallier à la grave blessure de Camacho. Les Azulinos n’ont pas été épargnés par les blessures cette saison, notamment le pauvre Marcelo, difficile à remplacer sur le flanc droit de la défense, qui a rechuté après avoir été déjà manqué le début de saison. Pérez Herrera est allé cherché la solution parmi ses milieux de terrain et Marc Fraile a finalement assuré l’intérim avec brio, comme Curro Rivelott l’avait fait lors de la phase aller.

Les planètes ont fini par s’aligner pour Pérez Herrera et ses joueurs. Les cadres se sont enfin mis au diapason et finissent la saison en trombe. Autour des Jacobo, Oca, Bello, Jesús Ocaña, Alberto Duran et Curro Rivelott, le coach xereciste a pu intégrer rapidement les recrues hivernales. Certes le Xerez DFC n’a gagné qu’une seule fois par plus d’un but d’écart (c’était face à Villanovense le 19 septembre 2021 à Chapín), mais au final il ne craque pas. Le Xerez DFC a même fait encore mieux en soignant ses difficultés à l’extérieur où il reste sur cinq matchs sans défaite (2 victoires et 3 nuls), grâce auxquels il est en mesure de se mêler à la bataille pour aller en play-off. Qui l’eût cru?

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*