Ivan Ergić, l’arme de la critique

Dans sa série sur les footballeurs « de gauche », le journaliste espagnol Quique Peinado consacre quelques lignes à Ivan Ergić, dans un chapitre intitulé « Le dernier marxiste ». Ivan Ergić est un footballeur atypique qui a mis un terme à sa carrière en 2011, à seulement 30 ans. Aujourd’hui, il écrit des chroniques où il porte un regard critique sur le football et le capitalisme. Voici un footballeur qu’on pourrait appeler camarade.

Le grand public n’a peut-être découvert la facette militante d’Ivan Ergić qu’un soir d’avril 2005, lors d’un passage dans le show télévisé de Kurt Aeschbacher, un des journalistes les plus influents de Suisse et militant de la cause gay. Mais celle-ci ruminait en lui depuis plus longtemps. Petit-fils d’un partisan yougoslave mort au front lors de la Seconde guerre mondiale et fils d’un marxiste « non dogmatique » – selon ses mots – Ivan Ergić est né en ex-Yougoslavie, en 1981 à Sibenik, aujourd’hui en Croatie. Alors qu’il est enfant, la Guerre des Balkans contraint sa famille émigrer en Australie, à Perth. Cette guerre jonchée de massacres ethniques a conditionné le rejet viscéral qu’éprouve aujourd’hui Ergić pour le nationalisme. Serbo-Australien de nationalité, il a été élevé comme un Yougoslave par ses parents, et continue de se dire ex-yougoslave.

Face à la dépression du footballeur

C’est en Australie qu’il commence sa carrière professionnelle, au Perth Glory. Milieu de terrain axial, il se fit vite remarquer par certains grands clubs européens. Tout va très vite pour lui. Au bout d’une saison, en 2000, il signe à 19 ans à la Juventus Turin qui le prête peu après au FC Bâle, en Suisse. Il ne fallut pas beaucoup de temps au club helvète pour débourser les 1,3 millions d’euros nécessaires pour acquérir définitivement le joueur. Sa carrière est sur une pente ascendante jusqu’en 2004 où son corps montre des premiers signes de faiblesse, si bien que certains crurent même à une mononucléose. Il s’agissait en réalité d’une profonde dépression.

Il resta quatre mois dans une clinique de Bâle. Il observe la cruauté du monde du football, où « il n’y a pas de place pour la vulnérabilité ou la faiblesse émotionnelle » et où les préjugés machistes mènent aussi à certains raccourcis homophobes, associant la dépression du footballeur à l’homosexualité. Peu de cas de dépression sont connus du public. Souvent, les joueurs qui en sont atteints, le camouflent. Sebastian Deisler, ex-étoile montante du football allemand, arrêta sa carrière à 27 ans en grande partie à cause de sa dépression. Quand le gardien de but allemand Robert Enke se suicida en novembre 2009, on apprit qu’il souffrait depuis de nombreuses années de dépression, où l’angoisse de l’échec tenait une place importante.

C’est aussi pour briser ce tabou qu’Ivan Ergić a affronté sa timidité pour se rendre sur le plateau d’Aeschbacher. Il pointa alors la responsabilité de l’industrie du football professionnel, soumise à la logique compétitive du capitalisme, dans les cas de dépression du footballeur, citant au passage Karl Marx comme « une de ses principales sources d’inspiration ».

Après une convalescence où on pouvait craindre pour la suite de sa carrière, il retrouva l’effectif du FC Bâle et fut même nommé capitaine, distinction à laquelle il renonça en 2006. A cette période, il intègre également l’équipe nationale de Serbie avec qui il se rend au Mondial 2006, en Allemagne. Après 11 sélections, il demanda en 2008 à ne plus être convoqué, dégoûté par l’ultranationalisme qui entourait l’équipe. Confronté à toutes ces contradictions inhérentes au monde du football professionnel, Ivan Ergić s’accroche, à l’image de sa combativité sur le terrain. Le FC Bâle semble être le club taillé pour lui. Mais au bout de huit saisons (272 matchs / 44 buts), après quatre titre de champion de Suisse et quatre coupes nationales, n’entrant pas dans les plans du nouveau coach Thorsten Fink, le club se sépare de lui. Il signa en Turquie à Bursaspor et gagna la Ligue turque. Il y finit sa carrière en 2011, à seulement 30 ans.

Dopé au freudo-marxisme de l’Ecole de Francfort

Ivan Ergić a toujours été un homme « de gauche », fréquentant assez peu le milieu du football, hormis son grand ami Ljubo Milicevic, rencontré en Australie. Mais sa vision du monde et du football s’est probablement durcie au moment de son entrée en clinique. Là, il établit un lien direct entre la pression du football professionnel et sa dépression. Et peu après, il prit la décision forte de se passer d’agent. Dès décembre 2008, il rédige ses premières chroniques dans le quotidien serbe Politika. Puis, à partir de 2013, on retrouve sa plume sur le média en ligne croate, Lupiga. Il y partage son regard, influencé par Marx et Engels, toujours, mais aussi Adorno, Marcuse ou Fromm, représentants de l’École de Francfort et théoriciens associés au courant freudo-marxiste. La critique radicale du sport développée par une partie de ce courant transpire dans certaines interventions d’Ergić. « Le sport est présenté comme une source de bien-être et d’harmonie physique et spirituelle, or rien n’est plus éloigné de cela que la pratique sportive professionnelle. Les athlètes atteignent leurs limites physiques et mentales en prenant des anti-inflammatoires et des analgésiques pour soulager leurs douleurs et être prêts pour la prochaine bataille. Ils utilisent des antidépresseurs et une multitude de stimulants pour faire de même avec leur santé mentale. Tout cela, ajouté à cette mentalité compétitive inculquée depuis l’enfance et à la nécessité d’obtenir le succès comme seul moyen de donner un sens à la vie, créé un mélange explosif. »

Quique Peinado ajoute que, dans ses articles, Ivan Ergić « combat la “désidéologisation” propre à la postmodernité et cherche à dynamiter les fondements philosophiques de ce monde compétitif et capitaliste, comme celui du football. » L’ex-joueur du FC Bâle s’attache aussi à dénoncer le « rêve d’être footballeur » qui repose sur un mensonge semblable à celui de l’American dream. Un outil de propagande déguisé en conte de fée faisant miroiter aux classes les plus pauvres un accès pour fuir la misère, avec le nombre final dérisoire d’élus que nous connaissons. Au fil de ses chroniques, Ivan Ergić n’épargne pas le football moderne et ses nombreux travers. Mais sa critique prioritaire cible la compétitivité, que ce soit dans le monde du travail, dans celui du football ou dans l’éducation des enfants. Dans une récente interview publiée sur le site OpenDemocracy.net, il insistait dans ce sens, « L’industrie du sport est aujourd’hui un moyen de promouvoir socialement un capitalisme dominateur, en particulier grâce à l’idée que la concurrence produit les meilleurs résultats et tire le meilleur parti de l’humanité. Ce qui, je pense, est complètement faux. »

Aujourd’hui, Ivan Ergić a séduit et fidélisé un petit lectorat qui le suit. Avec ses chroniques ou interventions critiques, il garde d’une certaine manière un pied dans le football tout en restant hors des mondanités toxiques. Il ne subit plus les contradictions trop lourdes à porter d’un sport qui, comme l’écrit Quique Peinado, lui a donné la vie mais qui a aussi bien failli la lui reprendre.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*