US Livourne 1915, une renaissance à bon port

(©Riccardo Repetti | L'Osservatore)

Repartie cette saison en Eccellenza (5e division), après la liquidation judiciaire de l’AS Livourne l’été dernier, l’équipe-fanion locale retrouve quelques couleurs avec un nouveau départ sous la bannière de l’US Livourne 1915. Une renaissance sur de bons rails.

Assurée de terminer en tête du Groupe B d’Eccellenza Toscana depuis plusieurs semaines, l’US Livourne 1915 a gagné son ticket pour la triangulaire qui délivrera les deux tickets d’accession en Serie D, le quatrième échelon du football italien. Meilleure attaque des trois groupes confondus avec 51 buts, le club amaranto n’est ainsi plus qu’à trois matchs – face aux vainqueurs des deux autres groupes, le Tau Calcio et l’ASD Figline – d’accéder à l’étage supérieur et réussir un pari loin d’être gagné d’avance.

Huit mois plus tôt, lors de sa première conférence de presse au stade Armando-Picchi, le président Paolo Toccafondi s’affichait conscient de la tâche qui attendait l’US Livourne 1915. “Maintenant, nous devons transpirer, nous devons retrousser nos manches et travailler. Je joue au football depuis 40 ans, je ne fais pas de promesses mais si vous reprenez Livorno, vous avez l’obligation morale de gagner le championnat.” Livourne, qui évoluait encore en Serie A en 2014, franchit ainsi aisément la première étape de sa renaissance sportive.

Un départ sur de nouvelles bases

Paolo Toccafondi – ancien gardien de but de Prato, Alessandria et Foggia – venait d’être sollicité par le maire de centre-gauche Luca Salvetti, sur le conseil avisé de Cristiano Lucarelli, jamais loin de sa ville natale et de son club de cœur dont il a porté le maillot à 192 reprises pour 111 buts. Véritable idole des tifosi de Livourne, Cristiano Lucarelli est un enfant de cette ville portuaire et ouvrière, et le deuxième meilleur buteur de l’histoire du club derrière un certain Igor Protti (125 buts), lui aussi sympathisant communiste. Tous les deux ont forcément été touchés par le dépôt de bilan du club, l’année du centenaire du Parti Communiste Italien (PCI), fondé à Livourne. Ceux qui aiment les parallèles symboliques sont servis.

Les recrues Giuseppe Torromino et Daniele Vantaggiato présentée par le président Toccafondi en début de saison.

Inutile de dire que Paolo Toccafondi sait parfaitement dans quel environnement il met les pieds, même si sa famille, à la tête de l’importante société de transports “Koiné Spa”, a dirigé l’AC Prato (Serie D) pendant 42 ans. Paolo Toccafondi en était d’ailleurs encore le président jusqu’en 2021. “Livorno s’identifie à l’équipe de sa ville, elle vit presque en symbiose avec elle, elle a un attachement extraordinaire au maillot. Et cette chose m’a enchanté. Je dois dire que lorsque des milliers de supporters sont venus assister à la présentation de l’équipe, j’ai compris que j’avais pris la bonne décision et que, peut-être, je n’avais encore rien vu.

Mais si, durant l’été dernier, c’est le projet de Toccafondi qui a été retenu par le “conseil des sages”, c’est en grande partie en raison des garanties apportées sur le plan sportif, avec la volonté affichée de remettre sur pied les sections jeunes et féminines, sans attendre. Manière de poser des fondations solides et s’assurer d’une reconstruction pérenne. La volonté de ne pas rompre le fil avec l’histoire du football livournais est symbolisée par la nomination d’Igor Protti au poste de manager, première “recrue” de l’ère Toccafondi. “Pour moi, ce n’était pas une question de division, je serais revenu même en Terza Categoria” a assuré de son côté Protti.

Les anciens au diapason

Inscrite sur le gong en Eccellenza, le club amaranto a été ajouté aux douze équipes déjà engagées dans le Groupe B. Il a dû s’acquitter d’une contribution de 100 000 euros redistribuée à parts égales à ses adversaires (8500 euros). Avec Raffaele Pinzani, nommé au poste directeur sportif, et Francesco Buglio à celui d’entraîneur (démissionnaire au mois de mars et remplacé par Giuseppe Angelini), l’US Livourne n’a alors eu que quelques semaines pour mettre sur pied un effectif compétitif. Malgré le fait que les joueurs libres ne couraient pas les rues, le recrutement s’est avéré des plus intelligents et le club est parvenu à s’armer pour dominer largement les débats. “Livourne reste Livourne, en Serie A comme en Eccellenza” reconnaît Igor Protti. Autrement dit, c’est un club auquel il est difficile de dire “non”.

Seulement battus à deux reprises – à domicile – contre Fratres Perignano et San Miniato Basso, les Labronici n’ont jamais quitté la première place de leur groupe, terminant avec 10 points d’avance sur l’UC Cuoiopelli. Pour maintenir ce niveau, ils vont vu plusieurs joueurs très expérimentés et habitués des divisions supérieures revenir du côté d’Armando-Picchi comme Luca Mazzoni, gardien formé au club (plus de 170 matchs sous les couleurs de Livourne), Andrea Luci (plus de 300 matchs entre 2010 et 2020) ou encore le prolifique Daniele Vantaggiato. De retour au club après trois saison à la Ternana Calcio. Vantaggiato (14 buts) incarne la puissance offensive de l’US Livourne avec Giuseppe Torromino (7 buts), lui aussi arrivé de la Ternana, ou encore Andrea Ferretti (16 buts).

Ternana-Livorno connexion

Dans son opération de renaissance, l’US Livourne 1915 peut en effet compter sur un soutien de poids avec le partenariat noué avec la Ternana Calcio. Le club de Terni évolue en Serie B, et son coach n’est autre que… Cristiano Lucarelli. Les deux clubs entretiennent des liens solides, et leurs ultras respectifs sont amis. Deuxième ville d’Ombrie, Terni est, comme Livourne, une terre ouvrière et un ancien bastion communiste. Malgré les évolutions liées aux transformations économiques de l’industrie du football, le club local est forcément imprégné de cette identité ouvrière. La Ternana Calcio s’était d’ailleurs solidarisée de la grève des ouvriers de l’aciérie de la ville en 2014.

L’autre élément-clé de cette connexion est le président de la Ternana, Stefano Bandecchi. L’entrepreneur est originaire, comme Lucarelli, du quartier ouvrier de “Shangai” à Livourne. Il est propriétaire du club de Terni depuis 2017, à travers sa société “UniCusano” – une université privée et en ligne – qui est devenue également le sponsor maillot de l’US Livourne 1915. Bandecchi avait tenté une approche pour racheter le club en 2014. Il s’était alors heurté au rejet des supporters pour des raisons politiques. Bandecchi était engagé au centre-droit quand les ultras de la Curva Nord de Livourne sont réputés pour être ancrés à l’extrême-gauche. Aujourd’hui, faute d’avoir pu passer par la grande porte il y a huit ans, l’entrepreneur toscan est réapparu par la fenêtre. Et avec un certain succès. Jusqu’ici, à travers le sponsoring ou en ayant facilité le transfert de joueurs expérimentés (Vantaggio, Torromino ou encore Russo), l’appui de la Ternana Calcio est un pivot essentiel dans le processus de reconstruction de l’US Livourne.

Le onze amaranto, devant la Curva Nord “Fabio Bettinetti”, avant le premier match de barrage face à Figline.

******************************

Barrages d’accession:

24 Avril 2022 | Stadio Armando-Picchi – Livourne
US Livourne – ASD Figline 2-3

1er Mai 2022 | Stadio Porta Elisa – Lucca
Tau Altopascio – US Livourne 1-3

8 Mai 2022 | Comunale Goffredo del Buffa – Figline Valdarno
ASD Figline – US Livourne

15 Mai 2022 | Stadio Armando-Picchi – Livourne
US Livourne – Tau Altopascio

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*