L’histoire ouvrière de l’Atlético Baleares, entretenue par ses supporters

Photo la plus ancienne connue du Baleares FC, datée du 17 juin 1921 (archive Antoni Lliteras Carbonell)

La Copa del Rey reste une bonne occasion de découvrir des équipes. Après avoir sorti Getafe et le Celta, l’Atlético Baleares – pensionnaire de Primera RFEF – reçoit Valence. Un match de gala dans l’histoire tumultueuse de ce club né au sein du prolétariat mallorquin.

En haut de tableau en championnat et qualifié pour les 1/8 de finale de la Copa del Rey, on peut dire que l’Atlético Baleares a réussi son début de saison. Sur le plan sportif, les Balearicos connaissent même leur meilleure période. Une histoire commencée il y a un peu plus de cent ans à l’initiative d’une partie de la classe ouvrière locale. Mais au gré de ses crises, le club a pris certaines distances avec ses origines sociales. De leur côté, les supporters, qui restent les garants de cette histoire, veillent au grain.

Des mécanos, des métallos et une fusion

A Majorque, le club le plus connu est le RCD Mallorca, né en 1916 sous le nom d’Alfonso XIII FC qu’il portera jusqu’en 1931. C’est le club de l’élite sociale de l’île. Avec un nom pareil, difficile d’imaginer le contraire. Les ouvriers mallorquins n’ont pas encore de club de football auquel s’identifier. La réduction du temps de travail et la journée de huit heures obtenue en 1919 après une intense période de grève va permettre de débloquer la situation et libérer du temps pour les ouvriers. Les mois qui suivent verront la création de deux équipes qui ne tarderont pas à fusionner quelques mois plus tard.

Le Mecánico a vu le jour à l’initiative de Gabriel Cifré Borràs, un ouvrier mécanicien des ateliers de la compagnie de transport maritime Isleña Marítima. Le club joue en maillots rayés bleu et blanc, les couleurs de la compagnie, et les shorts des joueurs sont directement coupés dans les bleus de travail, comme le raconte sur le site du Cihefe l’historien Manuel García Gargallo, spécialiste du football mallorquin. Au même moment, une autre équipe, le Mallorca FC a été créée par des ouvriers de la Fonderie Carbonell qui ont été rapidement rejoints par d’autres camarades.

Les deux équipes vont rapidement fusionner et donner naissance au Baleares FC, dont le tout premier président sera Bartomeu Llabrés Albertí, un ouvrier de la fonderie Pedro J. Tous. Avant cela, le Mecánico comme le Mallorca FC n’avaient pas vraiment eu d’existence légale. Selon Manuel García Gargallo, le Baleares FC mettra aussi un certain temps à se faire enregistrer. “Ce n’est qu’en décembre 1922 que le club s’inscrit au registre des associations du gouvernement civil, poussé par son désir d’adhérer à la Fédération catalane de football. Nous ne savons pas si elle l’a finalement fait, mais cela a servi à régulariser sa situation.”

Naissance d’une rivalité de classe

Le Baleares FC se développe et prend rapidement ses quartiers à Son Canals, son nouveau terrain. A partir de la saison 1923/24 et jusqu’en 1940, le club participe au championnat provincial de  Mallorca, une compétition qu’il ne parvient à remporter qu’à une seule reprise en 1928. Au palmarès de ce championnat, le Baleares FC est largement devancé par le FC Alfonso XIII/CD Mallorca, mais aussi par le CD Constancia. Si le Baleares FC jouit d’une réelle popularité parmi les ouvriers de Palma, le FC Alfonso XIII/CD Mallorca peut lui compter sur l’appui financier des élites locales fascisantes. L’essor du football mallorquin est traversé cette opposition entre prolétariat et bourgeoisie et la rivalité entre les deux équipes éclate dès le premier derbi palmesano de l’histoire. Organisé le 13 mars 1921 au campo Bons Aires, le match est émaillé d’affrontements entre supporters, provoquant l’intervention de la Guardia Civil.

©La Futbolteca

Niveau politique, depuis septembre 1923 l’Espagne est sous le joug de la dictature de Primo de Rivera. Régionalistes et anarchosyndicalistes sont sévèrement réprimés et interdits par le régime. A cette époque, des clubs comme le Barça ou le CE Jupiter se voient également menacés en raison de leur proximité avec le mouvement catalaniste. Malgré son inclinaison vers la gauche républicaine et antifasciste, le Baleares FC semble échapper à ce type de pressions. Entre 1934 et 1936, la Fédération des Îles Baléares organisent un tournoi appelé “Copa Presidente de la República” (à ne pas confondre avec la Copa del Rey rebaptisée ainsi durant la 2nde République). Le Baléares FC remportera deux des trois seules éditions de ce tournoi, en 35 et 36. Les deux fois devant le CD Mallorca.

C’est aussi à cette période que le Baleares FC s’illustrera par un certain progressisme en nommant Lita Soler, Miss Baléares 1935, présidente d’honneur du club. Une nomination pas si anecdotique dans un club de football des années 30 et qui rappelle celle d’Ana Maria Martínez Sagi quelques mois plus tôt à la junta du Barça. Il n’est pas surprenant non plus de retrouver plusieurs membres du Baleares FC dans la délégation mallorquine attendue à Barcelone pour participer à l’Olympiade Populaire en juillet 1936, annulée en raison du soulèvement franquiste.

Une nouvelle fusion plus tard: l’Atlético Baleares 

Si Barcelone résiste au soulèvement grâce aux ouvriers anarchistes de la CNT, Majorque tombe dès les premières heures de la Guerre civile aux mains des fascistes. Vu son soutien affiché à la cause nationaliste, le CD Mallorca (qui devient le Real CD Mallorca en 1947) reçoit logiquement les faveurs des autorités franquistes. Le CF Baleares va devoir apprendre à exister sous la dictature. Le club des travailleurs survit mais garde une base sociale relativement solide au vu des circonstances. En 1942, le football palmesano va être une nouvelle fois modifié par une fusion, ou plutôt une absorption, celle de l’Athletic FC par le CF Baleares. Créé vingt ans plus tôt, l’Athletic est beaucoup plus petit et moins réputé. Par ailleurs, il entretient des relations cordiales avec le CD Mallorca. Mais l’expansion urbaine de Palma a eu raison de son stade et le club se voit menacé de disparition. Et voici comment apparaît le CD Atlético Baleares qui a conservé les couleurs  (restées les mêmes depuis le Mecánico), le siège social et le terrain du CF Baleares.  “Même la rivalité avec le CD Mallorca est restée inchangée via l’héritage du CF Baleares“, ajoute Manuel García Gargallo.

À la fin des années 50, le vieux stade de Son Canals est devenu trop petit. Un nouveau stade voit le jour. Inauguré en 1960, l’Estadio Baleares a été financé par une coopérative de petits propriétaires appelée Procampo. Fort de son nouvel écrin, l’Atlético Baleares découvre la 2e division où il reste deux saisons entre 61 et 63. Mais paradoxalement, cette nouvelle ère va coïncider avec le premier passage à vide du club. En quittant Son Canals, le quartier où il jouait, l’Atlétic Balears a perdu de nombreux supporters originaires de là-bas en route. Un déménagement vécu comme un éloignement de ses racines sociales. Une première crise économique, institutionnelle et sportive qui mènera le club en catégorie régionale entre 73 et 75. Il y refera deux passages-éclair en 1981 et en 2005.

Début 2000, l’ATB traverse une crise profonde et est sur le point de disparaître à l’été 2005. Le club reçoit alors le soutien financier de l’homme d’affaire véreux Bartolomeu Cursach, qui règnait – avant d’être rattrapé par la patrouille en 2017 – sur les nuits mallorquines comme un pacha. Dans le football moderne, c’est bien connu, les clubs à l’agonie attirent les charognards. Mais depuis 2010, les Balearicos ont fini par se stabiliser au troisième niveau – en Segunda B, puis en Primera RFEF – glanant au passage une Copa Federación en 2016 face au Real Majadahonda, unique trophée national remporté jusqu’ici.

De Cursach à Volkmann, la crise profite aux marchands

En 2011, sous l’impulsion de Cursach et du président Crespí, le club se privatise et devient une SAD. Transformation majeure qui éloigne encore plus le club de sa base. L’objectif sportif est alors de retrouver cette Segunda División à laquelle il n’a que furtivement goûté cinquante ans plus tôt. En 2013, pour ne rien aider, l’Estadio Balear est fermé car une tribune menace de s’effondrer. Une situation qui durera jusqu’en 2019 et qui contraint l’ATB à s’exiler. Le tandem Cursach-Crespí en profite pour quitter le club et retirer ses billes, et l’austérité financière guette.

En avril 2014, le club fait face à une procédure d’insolvabilité. La situation n’est pas loin d’être désespérée. C’est l’homme d’affaires allemand Ingo Volckmann qui enfile le costume du “sauveur”. Basé à Majorque il acquiert 51% des part du club. Ce qui lui donne un pouvoir absolu. “Aucun groupe d’investissement local ne s’est positionné, de sorte que le propriétaire actuel a pris le relais sans aucune opposition ni alternative locale“, explique Manuel García Gargallo.

Les joueurs de l’Atl. Baléares célèbrent un but lors de leur victoire contre Getafe en Copa del Rey. (©Marca)

Sur le plan économique, le club s’est remis à l’endroit et sportivement il semble n’avoir jamais été aussi prêt de monter en 2e division. Le ciel s’éclaircit au dessus de l’Atlético Baleares, mais c’est au niveau des valeurs que le bât blesse. Le club est accusé par ses supporters de singer le modèle mallorquinista du rival de toujours (même si les deux clubs n’ont encore jamais évolué dans une même division professionnelle), et de renier les origines ouvrières du club. Sept ans et demi plus tard, Volckmann est toujours à la tête du club. Et de nombreux supporters traditionnels se sentent exclus du processus de décision. “Le propriétaire s’est entouré d’un cercle restreint de collaborateurs extérieurs au club – presque tous allemands, comme lui – et la communication avec les supporters traditionnels est inexistante“, ajoute Manuel García Gargallo.

“Clairement deux Baleares”

La direction du club ne reconnaît que 1942 comme année de naissance. Par méconnaissance, mépris ou calcul politique ? Les trois peut-être. Il faut dire que cette date a “l’avantage” de mettre à distance les racines sociales et l’identité ouvrière. “Le changement de philosophie, le rejet de tout signe de notre humble passé et le refus de parler de l’origine ouvrière du club avaient pour but d’essayer de nous mettre au même niveau que notre éternel rival” explique Vicenç Amengual, de la penya Joga Bonito.

À l’occasion du centenaire du club en 2020, la direction est restée étrangère aux célébrations orchestrées dans l’ombre par la Fédération des Penyes, les groupes de supporters. Pour eux, le véritable acte fondateur du club reste l’union des forces du Mecánico et du Mallorca FC, le 14 novembre 1920. Manuel García Gargallo le répète: “Il y a clairement deux Baleares“. Et l’héritage social de l’Atlético Baleares, ou “ATB”, est essentiellement entretenu de façon indépendante par une afición résolument ancrée à gauche.

Les Fanàtiks ATB, groupe ultra de l’Atlétic Balears depuis 2013, défend des positions antifascistes, antisexistes et “catalanistes”.

Soutien aux luttes sociales en fidélité aux racines ouvrières et républicaines du club; pas de chant raciste, homophobe ou sexiste en tribune: les Fanàtiks ATB – qui forment la Grada Xavi Delgado avec la penya Komuna Balearika – sont les supporters qui ont l’engagement politique le plus marqué. Mais il est partagé par de nombreux groupes, impliqués aussi dans de nombreuses initiatives solidaires. Pour Vicenç Amengual “La Federació de Penyes regroupe seize penyes et toutes sont très engagées. Nous devons tenir compte du fait qu’autour de l’Estadi Balear il y a des quartiers populaires comme Son Gotleu, La Soledat, Es Rafal… qui ne comprendraient pas que nos positions soient de droite“. Face à une direction qui s’évertue à la nier, l’histoire de l’ATB peut compter sur l’engagement de ses tribunes pour empêcher qu’elle tombe aux oubliettes.

1 Trackback / Pingback

  1. Janvier – Europe | Revue de presse Emancipation

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*