L’Ideale, dix ans de football populaire à Bari

Le 28 mai dernier, l’Ideale Bari soufflait ses dix bougies. Que de chemin parcouru pour le petit club de la capitale des Pouilles qui évolue aujourd’hui en Prima Categoria (7e division). Présentation d’une place forte du calcio popolare en Italie.

La décision de créer l’Ideale Bari il y a dix ans s’est sûrement apparentée à un saut dans l’inconnu. Mais y avait-il d’autres choix? Le début de la décennie 2010 est marqué en Italie par la mise en place de la Tessera del Tifoso – la Carte du Supporter – et le scandale du Calcioscomesse avec de multiples matchs truqués sur fond de paris sportifs. Parmi de nombreux supporters, le dégout est palpable. Que faire? Continuer à combattre depuis les tribunes, en subissant toujours plus les restrictions de liberté et les mesures répressives, ou alors essayer de repartir de zéro en mettant sur pied une alternative concrète?

Réponse aux tares du football moderne

A l’image du Brutium Cosenza, ou d’autres clubs nés à cette période sous la bannière du calcio popolare, la fondation de l’Ideale Bari est une conséquence directe de tous les maux qui gangrènent le football moderne. La marchandisation, la corruption et la répression qui caractérisent le monde du football et ses tribunes ont raison de la passion de nombreux tifosi et ultras. A Bari, le point d’orgue est sans conteste le scandale qui a vu ces ultras de la Curva Nord parier en fin de saison 2010/11 sur des défaites de leur club en Serie A. Pour parvenir à leurs fins, ils avaient été jusqu’à menacer certains joueurs de l’équipe dont le gardien Jean-François Gillet et le défenseur Marco Rossi. Le scandale éclate vraiment en mai 2012 avec l’arrestation des trois leaders ultras incriminés.

Quelques jours plus tard, certains fidèles de la Curva Nord du Stadio San Nicola, usés mais pas résignés, vont mettre sur pied un club autogéré qu’ils appelleront “Ideale”. Un nom qui non seulement colle parfaitement au projet romantique de ces supporters, et qui est en plus un hommage au tout premier club de la ville créé en 1908 et ancré dans la classe ouvrière: l’US Ideale qu’on retrouve à l’origine de la fondation en 1928 de l’Unione Sportiva Bari, en fusionnant avec le club bourgeois historique, le FC Liberty Bari. Le qualificatif d’idéalistes n’est pas usurpé pour ces quelques fanatiques qui ont voulu, à plus d’un siècle d’intervalles, renouer avec les racines du football barésien et ses valeurs sociales. Aujourd’hui le club regroupe plusieurs dizaines de personnes et ses ultras le suivent – sauf quand la préfecture les en interdit – sur tous les terrains des Pouilles où ils font résonner leur chant favori sur l’air du I just can’t get enough de Depeche Mode.

Derrière la nostalgie d’une époque où il n’existait pas les mêmes barrières entre ce qui se passait sur le terrain et en-dehors, l’Ideale Bari porte un espoir. Celui incarné par le calcio popolare qui fait sauter ces barrières avec son modèle de club directement gérés par les supporters. “L’Ideale Bari a été créée, notamment, pour renforcer le principe d’un sport accessible à tous, et surtout que le football ne serve pas les intérêts de quelques profiteurs et spéculateurs, mais bien de tous ceux qui l’aiment“, lit-on dans une interview donnée par des membres du club au média Sport Popolare en 2018. Ils y défendaient aussi la nécessité de développer “un réseau d’équipes populaires pour devenir un point de référence dans les batailles communes et un moyen de se soutenir économiquement.”

Dix ans et beaucoup d’amis

Au delà des slogans affichés ou criés en tribune, l’Ideale Bari s’impose donc depuis dix ans comme une réponse, et même une riposte, au football moderne. Ses velléités unitaires – même si l’Ideale Bari entretient avec le Spartak Lecce l’unique rivalité interne au mouvement populaire – font du club apulien une référence du calcio popolare. Un modèle en plein essor depuis plus d’une décennie dans les divisions amateurs des quatre coins de la Botte, sachant que la grande majorité des clubs de calcio popolare évoluent au delà du 5e échelon du football italien. C’est aussi une culture que les Biancorossi s’attache à diffuser et à faire vivre. Une série d’interviews réalisées entre 2020 et 2021 par l’Ideale Bari, avec divers entités se réclamant du sport populaire (Fasano, MFC 1871, Cava Utd, La Resistente Genova, CS Lebowski etc) est d’ailleurs consultable sur son site.

Ultras de l’Ideale Bari en déplacement à Conversano en novembre 2017.

Vu la place prise par l’Ideale dans le paysage du calcio popolare, il n’est pas étonnant de voir tout le beau monde présent lors des célébrations organisées pour ses 10 ans au Centro Sportivo De Matteo à Bari. Le média italien Sport People, spécialisé dans l’actualité du monde des tribunes, relève en effet la présence de membres de l’ASD Quartograd, du Lokomotiv Leipzig (amis depuis sept ans environ), et même de groupes de la Curva Nord (les Seguaci, le Bulldog ou encore le Re David). Des ultras de la Reggina, de la Salernitana, du Nuovo Spinazzola ainsi que les Total Kaos de l’équipe de basket de Reggio Calabria, étaient aussi de la partie.

La journée a été rythmée par un mini tournoi de football et une discussion-débat avec l’avocat barésien Giampiero Milone sur le thème “Interdictions de stade (DASPO) et répression”, qui a suscité un intérêt particulier de la part de tous les participants, le tout bien sûr arrosé de bière et de nourriture à des prix populaires“, résume Sport People en quelques lignes. Bien que “seulement” en 7e division, l’Ideale Bari n’est pas épargné par la répression, surtout ses ultras qui ont eu à essuyer de multiples interdictions de déplacements. Le club garde ces attaques de la préfecture en travers de la gorge.

Partie remise et rendez-vous pour 2022/23

Sans tomber dans la fiction, on imagine le tour qu’aurait pu prendre la saison de l’Ideale avec la présence de ses supporters à tous les matchs. Et notamment lors des play-offs. Car malgré ça, le club a réalisé la meilleure saison du club sur le plan sportif depuis qu’il participe à aux championnats fédéraux (saison 2013/14). L’Ideale Bari est parvenu cette saison à atteindre les play-offs du championnat de Prima Categoria, pour la première fois de son histoire, avec la montée en Promozione (6e division) en ligne de mire. Les idéalistes biancorossi ont malheureusement été stoppés au stade des 1/2 par l’Atletico Martina. Partie remise. L’Ideale Bari prend rendez-vous pour la saison prochaine. Le club rempilera donc une cinquième saison d’affilée dans cette division (dont deux ont été tronquées par le contexte sanitaire lié au Covid-19). Et atteindre l’étage supérieur en 2022/23 est devenu un objectif crédible.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*