Programme des Rencontres nationales de Calcio Popolare de Pescia

Ce week-end sont organisées à Pescia, en Toscane, les premières rencontres nationales de calcio popolare. En Italie, il existe de multiples clubs qui se revendiquent de ce courant social du football et son modèle d’auto-organisation des clubs par leurs membres. En attendant avec impatience de voir ce qui va en sortir, nous vous partageons le programme:

 

RENCONTRES NATIONALES DE CALCIO POPOLARE

A Pescia 5 et 6 septembre 2020

Prologue

L’année 2020 a été une année particulière et, d’une certaine manière, dramatique pour la société dans son ensemble et pour la classe ouvrière en particulier. Bien sûr, le football de base ne fait pas exception.

Cependant, même dans les situations les plus difficiles, il est possible de semer quelques graines et, au cours de ces mois, en tant que clubs de football de base, beaucoup d’entre nous ont eu l’occasion d’approfondir ou de renforcer nos relations, de faire connaissance et de partager nos problèmes et nos réflexions. C’est précisément de là qu’est née l’idée de construire une assemblée nationale de calcio popolare, ouverte à tous les clubs qui partagent l’auto-organisation comme principe d’action.

LES OBJECTIFS

L’assemblée a trois objectifs principaux :

– Analyser les expériences des uns et des autres, partager les problèmes et imaginer des solutions collectives et partagées

– Mener des combats communs et des prises de position collectives pour le football, mais aussi pour la société dans son ensemble

– Élaborer un manifeste populaire pour un football qui soit inclusif et participatif, représentant et décrivant ce monde diversifié et en expansion.

PROGRAMME :

Samedi 5 septembre –

15h30 : Assemblée plénière de bienvenue et introduction des travaux

16h30 : Mise en place des groupes de travail:

Groupe 1 – Le sport populaire comme un droit, gratuit et auto-organisé

Faire du sport à la base a souvent des coûts insurmontables, qui incombent entièrement aux clubs, détournant l’énergie et les ressources de luttes plus sociales et politiques (installations, examens médicaux, équipements, frais d’inscription). Que faire ?

Groupe 2 – Le sport populaire comme agrégation et vecteur de sociabilité

Un des points centraux qui nous caractérise est la construction d’un système agrégatif et social complexe qui tourne autour des clubs, à commencer par les supporters. Comment accroître sa centralité, comment favoriser sa diffusion, comment lui donner un horizon antiraciste et inclusif est aussi un sujet de discussion, à la lumière des possibles fermetures déterminées par la situation sanitaire.

Groupe 3 – Le sport populaire comme champ de bataille politique

Les projets que chacun d’entre nous a mis en place dépassent le plan sportif et entrent dans le domaine des conflits politiques et sociaux. Le droit au logement et à la vie, la liberté de circulation, sont quelques-uns des domaines d’intervention. Est-il possible de nous imaginer comme un sujet politique ?

Groupe 4 – Le sport populaire comme porte-voix antisexiste : le football féminin, les stéréotypes sexuels, le langage

Le football est un monde exclusivement et férocement masculin : ceux qui ont eu à mettre sur pied une section féminine l’ont expérimenté. Comment traiter les spécificités du football féminin et comment faire face au sexisme dans le football et la société.

Groupe 5 – Le sport populaire comme moment d’enracinement au sein de la jeunesse

Le football des jeunes, pour sa centralité, mérite une réflexion séparée, tant pour les difficultés concrètes de mise en œuvre (coûts et facilités) que pour la “délicatesse” du thème qui conduit au domaine éducatif et pédagogique.

Dimanche 6 septembre –

10h30 : Assemblée plénière finale et présentation des rapports des différents groupes de travail. Discussion et préparation autour du Manifeste.

*****************

Ces premières rencontres seront animées et modérées par Davide Ravan, auteur du livre Il Calcio è del popolo.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*