Main basse sur le Stade Bauer

Le 18 mai dernier, moyennant 26,5 millions d’euros, le promoteur Réalités est devenu le nouveau propriétaire du Stade Bauer. Mais cette acquisition ne règle qu’en partie les incertitudes sur ce que va devenir le mythique stade audonien. Dans sa forme actuelle, le projet de rénovation est très loin de remporter l’adhésion des supporters du Red Star.

On aurait pu appeler ça “La suite des aventures du Stade Bauer” mais ce serait prendre trop à la légère le conflit naissant entre Réalités et le Collectif Red Star Bauer, portant la voix des supporters. Après avoir obtenu la garantie, comprise dans le contrat de vente, que le stade vieux de plus de 110 ans ne soit soumis à aucun naming, les choses se sont rapidement gâtées.

Une identité populaire mise à mal

Un mois plus tard, face à la somme de désaccords survenus entre Réalités, accompagné des cabinets d’architectes, et les supporters, un comité de pilotage s’est tenu le 29 juin dernier, soit la veille du dépôt de permis de construire. Très vite, le Collectif Red Star Bauer en a “claqué la porte”. En cause, l’architecture programmée de deux tribunes: la “Nord” (derrière les buts) et la “Ouest” (côté parcage visiteurs). Mais aussi l’emplacement du futur Kop et plus généralement place accordée aux supporters dans ce projet de rénovation. Il est en effet vite apparu qu’ils seront la dernière roue du carrosse.

La capacité de 1200 places prévue pour la future Tribune Nord, où les supporters ont prévu de positionner le Kop, « s’avère insuffisante et inadaptée à la conservation de l’ambiance qui fait le charme et la ferveur du stade Bauer » précise le communiqué du Collectif. Mais là où le niveau de mépris du promoteur dépasse les bornes, c’est avec la volonté d’implanter un restaurant avec vue sur le terrain, au dernier rang de cette tribune, « une véritable aberration en contradiction radicale avec les ambitions affirmées par toutes les parties prenantes de conserver un stade populaire

Privatisation enclenchée

Après des années d’incertitudes, de petites stratégies politiciennes qui l’ont laissé dépérir, de projet “alternatif” aux Docks, d’exil du Red Star à Beauvais ou à Jean Bouin, on pouvait enfin dire qu’il y avait un projet concret pour le Stade Bauer. Oui, mais quel projet? Quand on parle de la vente de Bauer qui était une propriété municipale depuis 1930, il faut être clair, c’est d’une privatisation dont il s’agit. Quelques mois avant qu’elle ne soit effective nous mettions en garde sur la future allure du stade: « Mais la privatisation annoncée signifie que ce nouveau stade devra être rentable, avec les risques de “disneylandisation” que cela implique. […] L’identité populaire du club risque d’en prendre un coup

© Mairie de St-Ouen

Après avoir été écarté par l’ancien maire Delannoy, le projet du Groupe Réalités (qui avait remporté le concours “Inventons la Métropole du Grand Paris” en juin 2019) avait été remis au centre du jeu par le nouveau maire Karim Bouamrane, mais revu à la baisse et redéfini en rénovation à la place de la reconstruction prévue à l’origine. L’édile avait en parallèle lancé une consultation publique au mois de novembre 2020 dans le but «d’orienter et de préciser le projet conçu par le groupe Réalités » et qui avait recueilli plus de 80 000 réponses. Une consultation du type de celles qui laissent l’illusion aux gens qu’ils ont leur mot à dire et qu’au final le rendu définitif du futur Bauer répond à leurs attentes.

Résultat: le peuple audonien a pu se prononcer sur un stade “à l’anglaise” et en brique. Mais le diable se cache rarement dans les grandes lignes. Interrogés aussi sur les commerces qu’ils souhaitaient voir pousser, 59% s’étaient alors dit favorables à un restaurant. Probablement celui que Réalités prévoit de faire surplomber le Kop dans la Tribune Nord.

Le combat continue

Mais on voit bien que quand les supporters ne sont pas d’accord avec différents points du projet, alors les vrais décideurs font la sourde-oreille. Ça c’est quand ils ne balancent pas des contre-vérités comme lors de la récente conférence de presse de présentation du projet. Du moins c’est ce que le Collectif Red Star Bauer affirme dans un communiqué, répondant point par point aux propos du PDG de Réalités, le sieur Choin-Joubert.

© Les Cahiers du Football

Même si le Collectif a tenu à rappeler ne s’être « jamais opposé à la présence d’une emprise commerciale adossée au stade, assurant l’équilibre de l’ensemble du projet », ces intérêts divergents couvaient sous la privatisation de Bauer et la volonté, connue dès le départ, d’y inclure une vaste surface commerciale, entre 20.000 et 35.000 m². Dans l’absolu, la vision sociale des supporters, gardiens d’une histoire populaire, a peu de chances d’être compatible avec celle d’un promoteur, évidemment là pour faire du fric et rentabiliser le stade qu’il vient d’acheter.

Fidèle à sa ligne depuis le début, même isolé, le Collectif Red Star Bauer adopte un positionnement “constructif”. « Malgré ces développements, nous avons également entendu l’appel, que nous espérons sincère, à la reprise des discussions. Bien entendu, nous sommes toujours portés par la volonté d’accompagner ce projet afin d’atteindre nos objectifs communs : offrir au Red Star et à ses supporters l’écrin qu’ils méritent pour les cent prochaines années. » En attendant, le combat pour préserver l’architecture historique et le caractère populaire de Bauer, continue.

Édito n°31

 

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*