Le PAC Omonia sanctionné pour avoir rendu hommage à une de ses membres sur son maillot

Le PAC Omonia le savait, mais les derniers mois le vérifient, pour atteindre l’élite du football chypriote il aura aussi des adversaires hors des terrains. Il lui faudra se défaire des embûches que les autorités mettront sur sa route. Et la victoire n’en sera que plus belle. Dernière attaque envers le club de 3e division qui est géré par ses seuls membres et supporters: une amende pour avoir rendu hommage à leur camarade Skevi, décédée au début du mois de septembre d’une leucémie.

L’été avait déjà vu le club, sous le coup d’une procédure judiciaire, être contraint de retirer sans attendre la mention “1948” de son nom (officiellement le club est désormais nommé “PAC Omonia du 29 mai”), sous peine d’être radié. Les pressions autour du PAC Omonia ne se sont pas tassées pour autant. Alors que le club pleurait début septembre la mort de Skevi Odysseus, fidèle adhérente et membre de la Gate 9, il était décidé d’honorer de différente manière la mémoire de cette “pure omoniatissa”: dans la rue, dans les tribunes et sur le terrain.

Une amende à hauteur de 20% du budget mensuel du club

C’est pourquoi, sur le maillot de l’équipe avait été ajouté à la hâte l’effigie de Skevi, à côté du logo du club. Raison pour laquelle la Fédération Chypriote de Football (CFA) a sanctionné le PAC Omonia. Comme l’explique le club dans un récent communiqué, il ne voulait pas initialement publiciser cette histoire, mais l’info circulant sur les réseaux sociaux et dans certains médias sportifs, alors il a été décidé de le faire. Comme le PAC Omonia le rappelle: « Le 25 septembre dernier, soit deux jours avant le premier match, nous avons soumis le maillot pour l’approbation des sponsors etc., on nous a dit que nous ne pouvions pas jouer avec l’effigie de Skevi dessus. Nous avons ensuite demandé de ne pas être sanctionné le premier match, mais la réponse a été négative. »

Malgré les arguments avancés, la Fédération ne change pas de position. D’autres symboles de toutes sortes sont pourtant régulièrement tolérés, notamment le drapeau chypriote. Mais il faut croire qu’un hommage à une de ses membres disparue est beaucoup moins respectable aux yeux des dirigeants de la Fédération. Aucune humanité, aucune empathie. Mais peut-être est-ce une petite manoeuvre pour mettre à nouveau des bâtons dans les roues de ce club dont l’ascension éclair au 3e niveau national a de quoi inquiéter?

Fidèle à son identité populaire, le club qui revendique l’héritage de l’AC Omonia, club historiquement lié au communistes chypriotes, n’allait pas céder pas au premier coup de pression. « Nous avons décidé pour le premier match de ne pas retirer Skevi du maillot et l’honorer comme elle le mérite, en espérant que la Fédération fasse preuve de compréhension avec une sanction clémente. Au lieu de ça, nous avons été condamné à une amende atteignant 20% de notre budget mensuel. » Le PAC Omonia ne réclame évidemment aucun traitement de faveur, mais il souligne quand même un deux-poids-deux-mesures flagrant. De ces petites injustices dont les instances du football sont coûtumières, mais qui prend un sens plus politique quand on connaît l’histoire de ce jeune club créé en 2018 à l’initiative de supporters issus de la Gate 9, proposant un modèle de gestion horizontale et démocratique, diamétralement opposé à celui en vogue dans les clubs professionnels de Chypre.

Il faut compter sur le PAC Omonia pour ne pas baisser les bras, ni la tête: « Quel que soit le montant de l’amende à régler notre Athlétic Club Populaire continuera sur son chemin et nous promettons que nous trouverons le moyen de mettre Skevi sur nos maillots sans porter préjudice à l’équipe. »

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*