“Nos valeurs et nos idéaux ne sont pas à vendre!”: Les supporters du Red Star contre le nouveau maillot

C’est par un communiqué salé que la Tribune Rino Della Negra a réagi à la publication sur les réseaux du nouveau maillot du Red Star FC. La stratégie commerciale de la direction, ciblant une clientèle plus aisée, est de plus en plus contestée.

Le fossé ne cesse de se creuser entre les supporters, plus que jamais attachés aux valeurs populaires et à l’identité sociale du Red Star, et une direction dont les lubies marketing sont toutes pires les unes que les autres. Alors que le club semble à période charnière de son histoire avec la rénovation de Bauer – acquis par le promoteur Réalités – et une deuxième saison consécutive dans ce championnat de National où le club sait qu’il ne doit pas s’éterniser.

Des maillots de pire en pire: le grand chelem de la direction

Et la saison ne commence pas sous les meilleurs auspices. Au début de l’été, le collectif Red-Star Bauer a déjà fait part de son désaccord majeur avec plusieurs points du projet de rénovation porté par Réalités. Mais avec sa présentation vidéo du nouveau maillot de l’équipe pour la saison 2021/22, « la direction du Red Star FC vient de franchir la ligne rouge » peut-on lire au début du communiqué de la RDN. La patience des supporters les plus fervents est en train d’atteindre ses limites. En effet, c’est la troisième année d’affilée que le club arrive à fâcher les fans des Verts-et-Blancs.

En 2019, c’était avec un assortiment de quatre maillots, digne «d’un paquet de stabylos», ne respectant pas les couleurs d’origine que le club s’était attiré les foudres des supporters. Sans parler des 80 euros nécessaires pour se le procurer. En 2020, le club avait affiché une intention plus louable avec un design rendant hommage à l’histoire du club. Mais avec ses gros sabots de marchand, le résultat en était fantaisiste et, surtout, le logo sur le maillot “away” n’avait plus ses couleurs d’origine. «Il apparaît évident que les maillots conçus visent un certain type d’acheteurs, bobos, hipsters ou encore des farfelus sous acides…» écrivait alors le collectif Red-Star Bauer, promettant de veiller à ce que «cette erreur de jugement ne se reproduise pas une 3e année consécutive.» Raté.

Red Start-Up FC

Le club a récidivé et probablement franchi un cap avec son maillot 2021/22 et son spot publicitaire de présentation. S’il a respecté le vert et blanc pour la version “domicile”, sa trouvaille de faire un blason en velcro pour pouvoir le recouvrir de patchs de son choix ne pouvait être reçue que comme une insulte. Une provocation, dénoncée par la RDN, qui demande au club «le retrait immédiat de la commercialisation des patchs destinés à recouvrir notre logo.» Les génies, tout droit sortis des écoles de commerce, qui ont eu cette idée ont sûrement pensé que si les patchs en question étaient les logos de clubs comme Sankt-Pauli, le Celtic ou Grenoble – dont les ultras, les Red Kaos, sont très liés à la Tribune Rino Della Negra – ça passerait comme une lettre à la poste. De même qu’ils ont sûrement pensé acheter l’adhésion de la RDN, qui n’a jamais caché son antifascisme, par des patchs “Refugees Welcome” ou encore aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Au-delà de l’acte impensable de recouvrir le logo du club de n’importe quel patch qui est déjà en soi une insulte, le communiqué dénonce énergiquement «la mascarade destinée à se faire de l’argent sur des causes antiracistes et anti-discriminatoires». Une stratégie de vulgaire startuper qui porte la patte d’Alexis Delwasse, Directeur Général Adjoint chargé du merchandising et de la communication, et de BETC, l’agence de pub d’où il vient et à qui sont confiées les campagnes du Red Star depuis 2019. Voilà pour les responsables de cette vilaine opération de leftwashing. Tout ça pour vendre un maillot à un prix oscillant entre 79 et 110 euros. «Les luttes contre le racisme, le fascisme et les discriminations ne sont pas une marchandise» réaffirme de son côté la RDN. «Nos valeurs et nos idéaux ne sont pas à vendre!»

“Une bataille culturelle”

Il ne s’agit pas simplement d’une question de goût et de couleurs, ni même d’une méconnaissance des attentes des supporters. Ces histoires de design de maillot reflètent la contradiction entre la stratégie commerciale de la direction du Red Star et le travail de préservation de l’identité populaire du club réalisé par les supporters. Cette identité populaire n’intéresse la cellule marketing du Red Star que s’il y a moyen de la valoriser, au sens capitaliste du terme, c’est à dire qu’elle soit lucrative.

Quand le Red Star commercialise ses maillots, il ne s’adresse à la base sociale historique des supporters, majoritairement issus des milieux populaires. Sa marchandise est destinée à cette clientèle radicale-chic qui lorgne depuis plusieurs années sur le club audonien et le stade Bauer, victime d’une hype qui épouse la gentrification de l’Est parisien. Ce qui se joue alors, comme l’écrit justement la RDN, «c’est bien plus que du football, c’est bien plus qu’un maillot: c’est une bataille culturelle.»

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*