Tribunes libres #4: les ultras unis face aux violences policières de Firenze et La Spezia

« Florence 27.02.2019 : Aujourd’hui Bergame, demain qui sait… Assez d’abus, nous voulons la vérité ! » Banderole déployée dans la Curva Nord de l'Atalanta Bergame, le 3 mars dernier.

Ce qui s’est passé à Florence, sur le Ponte di Varlungo près du péage sud, le 27 février dernier, a suscité une vague d’indignation et de solidarité dans toute la péninsule. A travers les ultras de la Curva Nord, c’est tout le mouvement ultra italien, au-delà de ses divergences, qui se sent attaqué et qui refuse de baisser la tête face au sentiment d’impunité policière. Certaines de ces marques de soutien ne manquent pas d’y lier le cas des ultras de Livourne, eux aussi matraqués le même soir à La Spezia. Voici quelques morceaux choisis, essentiellement des divisions inférieures et du calcio popolare, lors du week-end du 2 et 3 mars dernier.

**************************

Ultras 1924 Giulianova / Real Giulianova – ASD Savignanese (Série D – Gr.F)
“Solidaires de Bergame et Livourne
ACAB”
3 mars. Si le club de Giulianova, petite commune des Abruzzes de la province de Teramo, évolue au quatrième échelon, il n’en a pas moins une culture ultra bien ancrée depuis la fin des années 70. Derrière la dénomination “Ultras Giulianova” sont regroupés les restes d’anciens groupes animant la Curva Ouest du stade Rubens Fadini. Ils accompagnent leur message de solidarité de l’acronyme ACAB, prisé des ultras, qui signifie “All Cops Are Bastards” soit “Tous les flics sont des bâtards”. Un classique.
**************************
Spartak Apuane (Terza Categoria – Massa-Carrara – Gr.A)
“Les flics ont tabassé et ensuite menti sans dignité
Avec les masses nous voulons la vérité
Solidarité avec la Curva Nord de Bergame”
2 mars 2019. En déplacement chez Attuoni Avenza, les supporters des Toscans du Spartak Apuane, équipe de calcio popolare, ont accompagné le déploiement de cette banderole d’une courte justification sur les réseaux sociaux: “Solidarité avec la Curva Nord de Bergame!
D’abord les ultras comme boucs émissaires, comme laboratoires de la répression, comme ennemis publics, maintenant directement victime d’un absurde massacre sans aucune explication. La tifoserie du Spartak s’unit aussi à la demande de vérité et de justice pour les faits de Firenze.

 

**************************
Ultras Ternana / Ternana-Monza (Lega Pro – Gr.B)
“De La Spezia à Firenze une énième démonstration de vos abus toujours impunis
Une seule solution: le code d’identification”
3 mars 2019. Les ultras de Ternana sont une tribune réputée pour pencher très à gauche. Identité politique liée à l’histoire de la ville ouvrière de Terni, dans le bassin sidérurgique de l’Italie. Sur leur banderole, ils font référence au numéro de matricule qui permet d’identifier les policiers. Bien entendu, les syndicats de police y sont opposés tout comme Matteo Salvini, le premier Ministre, membre de la Lega, parti d’extrême-droite. L’instauration d’un “codice indentificativo” est une des revendications des diverses associations citoyennistes engagées contre les violences policières.
**************************
Ultimi Rimasti Lebowski / Monterotondo-CS Lebowski (Promozione – Toscana – Gr.C)
“Varlungo, Santa Maria Novella, La Spezia
Finissons-en avec les abus en uniforme
Avec Ricky dans nos coeurs”
3 mars 2019. Le Centro Storico Lebowski est un club de calcio popolare où ont atterri des ultras de la Fiorentina dégoûtés du football moderne. La banderole des Ultimi Rimasti fait le lien entre ce dont ont été victimes les supporters de Bergame et Livourne et les violences policières du quotidien, ces “abusi in divida” et notamment l’agression par des policiers d’un jeune homme devant la gare Santa Maria Novella de Florence. N’oublions pas l’hommage rendu à Ricky Magherini, un ancien joueur des équipes jeunes de la Fiorentina, mort à 40 ans des suites d’une violente interpellation par la police, en ce triste jour du cinquième anniversaire de sa mort.
**************************
Red White Supporters Rimini / Rimini FC 1912-AS Gubbio 1910 (Lega Pro – Gr.B)
“De La Spezia à Firenze aucune nouveauté
Police coupable mais impunité habituelle!”
3 mars 2019. Les Red White Supporters sont les ultras historiques de Rimini, apparus en 1981 dans la Curva Est. Des groupes d’extrême-droite s’y sont très vite installés, en particulier la Falange d’Assalto Biancorossa, qui dominera la tribune jusqu’à sa dissolution en 2007. Leur banderole cible l’impunité policière et laisse penser que ce qui s’est passé à Firenze est la goutte d’eau.
**************************
Allentati Fasano / USD Città di Fasano-SSC Gragnano (Série D – Gr.H)
“Solidarité avec les Bergamasques”
3 mars 2019. Les Allentati occupent depuis 30 ans la Curva Sud du petit stade Vito Curlo. Le groupe a toujours défendu le rôle social des ultras et la transmission de valeurs de solidarité et d’antiracisme, contre le business et la répression propres au football moderne. Cette tribune avait déjà apporté son soutien aux migrants, nous ne sommes pas surpris qu’elle ait eu un mot pour leurs homologues bergamasques.
**************************
Fentagin 1980 / Atromitos-Panionios (Super League grecque)
“De Peristeri à Bergame Nique la police
Solidarité avec la Curva Nord de Bergame”
3 mars 2019. Un petit bonus avec cette banderole venue de Peristeri, banlieue d’Athènes, localité du club d’Atromitos dont les ultras sont clairement antifascistes. Face à la répression étatique la solidarité des ultras ne connaît pas de frontière.

 

*****************************************

Revue de banderoles et de tifo réalisée avec la page Sport & lutte des classes

Sources: SportPeople.net, Sébastien Louis, Ultras 1924, Spartak Apuane, Fentagin 1980, CS Lebowski, Red White Supporters Rimini

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*