Quand la révolte sociale suspend le spectacle sportif

Depuis plusieurs semaines, en France le quotidien est rythmé par les actions de blocage des Gilets Jaunes. Face à la tournure insurectionnelle prise par la mobilisation, les autorités inquiètes ont décidé d’annuler ou reporter de nombreux événements culturels. La volonté du pouvoir est de concentrer les forces de police sur les manifestations, sous haute-tension. Les préfets n’ont pas hésité à sacrifier la 17e journée de L1 qui a vu six matchs sur dix être reportés. Chose très rare.

A écouter certains propos caricaturaux, il suffirait de donner du football aux gens pour avoir la paix sociale. La formule “Du pain et des jeux” du poète Juvenal étant souvent reprise à tord et à travers comme un théorème inébranlable. C’est une critque pour le moins limitée. Il ne s’agit pas de nier le la fonction divertissante du football moderne. Mais quand il n’y a plus assez de pain, ce divertissement ne pacifie rien du tout.

A Rome, les empereurs se servaient bien des jeux du cirque pour accroître leur popularité. Ce type de distractions était bien utile à une époque où la conspiration était un sport national. Dans le cadre de festivités païennes, l’ensemble de la vie sociale faisait une pause. Les gradins du cirque devenaient alors un immense défouloir collectif encadré par la force du rituel. Les courses de chars excitaient la foule au nom de la licentia ludicra, qu’on peut traduir par « la liberté sans retenue des jeux ».

Ce rituel mettait en scène une « suspension symbolique de l’ordre hiérarchique ». Cette suspension s’avérait nécessaire à la pacification des tensions sociales inhérentes à la vie de la Cité. Mais au-delà de la formule, l’efficacité réelle des jeux pour calmer les crises est loin d’être prouvée. En période de disette, ils n’ont jamais canalisé les heurts ou les émeutes dirigées contre le pouvoir. Personne ne semble sincérement croire à cette capacité pacificatrice du football, à commencer par les préfectures, qui ont fait reporter tous ces événements sportifs, qui font indirectement les frais du mouvement des Gilets Jaunes.

Ces reports en cascade semblent inédits. Outre les six rencontres de L1, deux rencontres de l’Euro féminin de handball, France-Suède et Serbie-Russie, prévues à Nantes ce samedi ont été décalées au lendemain. En cause, les manifestations de Gilets Jaunes annoncées à proximité de la Hall XXL accueillant les rencontres. Cet impact collatéral sur le spectacle sportif témoigne de la puissance du mouvement.

A titre de comparaison, au printemps 2016 lors du mouvement contre la loi Travail de la ministre El Khomri, l’Euro 2016 organisé en France n’avait pour ainsi dire pas été impacté par les grèves et tentatives de blocage. Tout comme on ne trouve guère de traces d’un tel impact, y compris en 68. Mais c’est aussi que le niveau d’encadrement policier des rencontres sportives de haut niveau n’a cessé de s’intensifier ces trente dernières années, avec notamment la création d’unités et de brigades spécialisées, à un tel point qu’envisager un match sans dispositif policier est impossible.

Dans un passé récent en Europe, les émeutes de Tottenham en août 2010, déclenchées suite à l’assassinat d’un jeune homme par la police, avaient aussi contraint les autorités anglaises à reporter une dizaine de rencontres. Elles avaient alors avancé des arguments similaires à ceux des préfets français qui justifent principalement ces reports par la grande fatigue des policiers et la nécessité pour l’Etat de mettre le paquet sur les manifestations. Cette concentration des forces de l’ordre montre la crainte du pouvoir face au climat d’insubordination. Ce redéploiement massif a d’ailleurs été accompagné tout au long de la semaine de discours anxiogènes et menaçant, ouvrant la porte à une répression encore plus féroce que lors du week-end précédent.

When saturday comes…

Concernant les Gilets Jaunes, dont un certain nombre sont aussi supporters, on peut légitimement se dire qu’en cas de maintien des matchs, ils n’auraient pas subitement déserté les manifestations et les piquets de blocage. La singularité de ce mouvement, qui ne repose pas sur la grève massive de travailleurs et travailleuses, est d’atteindre son pic de force le week-end, en “concurrence” avec les traditionnelles rencontres sportives. Et face à la détermination des Gilets Jaunes, la normalité du spectacle sportif ne fait pas le poids. Le vrai match est social, et il se joue dans la rue contre la vie chère.

 

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Le football chilien dans la tempête insurrectionnelle – Dialectik Football
  2. Grève du 5 décembre : l’Amérique du Sud ce n’est pas si loin – Dialectik Football

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*