Souvenir de 2018: l’Équipe de France au service de l’unité nationale

Depuis 1998, l’équipe de France génère une forme de patriotisme particulier. Après une parenthèse de désamour marquée par Knysna, la génération victorieuse au Mondial 2018 avait réussi à redorer le blason de l’équipe de France, y compris auprès des personnalités les plus réactionnaires, au point d’être un symbole d’unité nationale. Elle entame l’Euro 2021, avec cet “acquis” là.

Effacer Knysna de la mémoire collective et tourner la page écrite par les « héros » de France 98, à la fois, c’est une performance. Mais elle ne se résume pas au succès obtenu sur le terrain. C’est aussi le résultat d’une communication visiblement calibrée. « Les joueurs de l’équipe et ses trois stars – Kyllian Mbappé, Antoine Griezmann et Paul Pogba – en particulier, ont réalisé lors de ce Mondial en Russie un sans faute sur le plan de l’image » écrivions-nous alors sur Les Cahiers d’Oncle Fredo, jusqu’à faire oublier les polémiques autour de l’absence de Karim Benzema. Si le sacre mondial a forcément aidé, les joueurs n’en ont pas moins été de parfaits soldats de la cause, envoyant à la foule des tartines de fierté d’être français.

Un patriotisme qui fait l’unanimité

La classe politique s’extasiait en chœur de ce « magnifique moment d’union et de communion nationale » et Laura Flessel, Ministre des Sports de l’époque, remerciait les Bleus d’avoir réveillé cette fibre patriotique populaire. Les rares voix, souvent venues de l’étranger, présentant l’équipe de France comme “une équipe africaine”, ont rapidement été balayées par l’unanimité politique qui a salué – de l’extrême-gauche à l’extrême-droite – la victoire des joueurs de Didier Deschamps et la communion qui l’a suivie. C’est que ce “patriotisme sans filet” qui a coloré cette victoire de 2018 ne souffrait d’aucune contestation possible.

Les Champions du Monde français ont dès lors été érigés en éléments-clé de l’unité nationale, mettant dans leur poche jusqu’aux ultra-conservateurs comme Gilles-William Goldnadel. L’avocat qui a défendu le groupuscule fasciste Génération Identitaire au moment de sa dissolution en mars 2021, n’avait pas manqué de tresser des lauriers aux Bleus : « D’une certaine manière, l’équipe précédente aura servi d’antimodèle. Adieu l’ancien monde des Ribéry, des Anelka et des Benzema. Bienvenue au nouveau monde des Griezmann, des Mbappé et des Kanté […] Ils connaissent la Marseillaise par cœur et la chantent avec allégresse, ils disent leur fierté d’être français. Difficile de ne pas constater que les critiques qui ont été faites de leurs peu glorieux prédécesseurs ont porté leurs fruits et que ceux-ci sont beaux. »

L’antithèse de la génération précédente

Le refus de chanter la Marseillaise, si souvent pointé du doigt, n’était donc plus qu’un mauvais souvenir. Les Zemmour, Finkielkraut et tous ceux qui n’avaient cessé de commenter avec entrain ce qu’ils assimilaient à de l’anti-patriotisme voyaient là leur intense propagande récompensée. Jouant aux gendres idéaux de la République, les Bleus de Deschamps se sont effectivement construits une image aux antipodes de leurs prédécesseurs. Le refus « d’être renvoyés à leurs origines », exprimé sur Twitter par Benjamin Mendy, avait même été cité en exemple au Sénat par Jean-Claude Réquier: « quand le site Sporf associe dix-neuf joueurs au drapeau de leur pays d’origine, le défenseur Benjamin Mendy répond en accolant un seul et même drapeau à chacun, notre drapeau bleu-blanc-rouge. » S’il est surtout question d’image et de communication, certains diront qu’ainsi ils ont cloué le bec aux fachos. A l’inverse d’autres diront qu’ils ont justement été là où les fachos voulaient qu’ils aillent.

Au Sénat, le Premier Ministre Édouard Philippe n’avait presque pas besoin de forcer le trait. « Cette victoire n’est pas seulement sportive. En tout cas, elle n’est pas neutre. […] Au fond, ce qui est le plus notable dans cette victoire, c’est ce que les joueurs en disent eux-mêmes. Bien souvent, nous avons la tentation de faire dire aux sportifs, surtout lorsqu’ils sont victorieux, des choses qui nous arrangent. C’est là un travers humain, pour ne pas dire un travers politique. Aussi, le mieux est de nous contenter de répéter ce que les joueurs ont dit avec ardeur, avec enthousiasme, avec vigueur : vive la République et vive la France! » Un discours servi sur un plateau par les Bleus. Tout ça vaut bien une Légion d’Honneur pour service rendu à la nation et à son gouvernement.

En effet, ce football des nations n’est jamais neutre, ni les commentaires qu’il suscite. Les succès de l’équipe nationale, c’est toujours bénef pour le pouvoir en place et pour l’image du pays. Une victoire dans une compétition comme la Coupe du Monde ouvre à toutes les instrumentalisations et récupérations politiques possibles. C’est aussi une diversion grossière, mais souvent efficace. Les joueurs ne sont plus seulement des sportifs de haut niveau qui viennent de remporter la compétition internationale la plus prestigieuse, ces « modèles d’intégration » enfilent un costume d’ambassadeurs du pays au service de sa stratégie politique. Ça prend évidemment un tour différent selon le pays. L’expression patriotique des joueurs de l’équipe de France est, sans aucun doute, d’un tout autre registre que le patriotisme d’extrême-droite véhiculé par les joueurs des équipes nationales turque ou croate. Mais ça ne fait pour autant du régime de Macron, qui a poursuivi sans vergogne l’intervention militaire impérialiste au Mali avec l’Opération Barkhane, un modèle de pacifisme et de solidarité. Bien au contraire.

Festif ou guerrier, il n’y a pas de bon patriotisme

L’exhibition débridée de symboles identitaires et nationaux au nom de la liesse populaire qui a suivi le sacre mondial ne pouvait avoir qu’un impact positif au plus haut sommet de l’État et à l’ambition présidentielle de voir la France « de retour sur le devant de la scène internationale ». C’était un scénario idéal pour Macron qui avait donné rendez-vous aux Bleus en demi-finale, comme s’il leur avait confié une mission. « Une compétition réussie, c’est une compétition gagnée », avait-il jeté à la volée. Nous étions certes trois ans après le carnage terroriste du 13 novembre 2015 au Bataclan, dernier moment d’union nationale qui avait facilité la mise en œuvre de l’état d’urgence liberticide. La communion tout de Bleu-Blanc-Rouge qui a suivi la victoire de l’équipe de France au Mondial russe de 2018 est son pendant joyeux et festif. « Les attentats nous obligent à nous souder face à l’adversité tandis qu’avec le foot, c’est léger et superficiel, mais joyeux. Et cette séquence positive a son importance » résumait alors l’historien Yvan Gastaut.

Mais pour qui ces moments d’union, de toute origine et de classes sociales confondues, derrière les symboles de la nation, sont-ils vraiment positifs ? De qui l’union nationale et l’exaltation du sentiment patriotique servent-ils les intérêts ? Pour Macron, la récupération était presque parfaite. Dans Les Cahiers d’Oncle Fredo, nous glissions en forme d’épilogue: « Il allait pouvoir, subodorait-il, bénéficier d’une précieuse immunité pour piétiner encore plus les conditions d’existence et les droits sociaux des exploités. Les marchés, comme on dit, allaient apprécier. La consommation des Français, en être stimulée. Et le maillot frappé des deux étoiles, être en rupture de stock. Jackpot pour Nike. Pensant surfer au maximum sur la vague soulevée par les Bleus, Macron en a fait des caisses dans une stratégie de communication quadrillée, alliant l’hyper présence à la volonté de ne pas être vu en flagrant délit de récupération. Pas de bol, ça s’est vu. Mais surtout, la tornade de « l’affaire Benalla » a éclipsé tout ça au bout de trois jours. Ça ne vaut pas une prise de Palais d’Hiver, mais ça a permis d’économiser quelques jours de triomphalisme macronien télévisé. »

A moins d’un an des élections, Macron ne cracherait pas sur une nouvelle victoire de l’équipe nationale et croise les doigts pour qu’un nouveau Benalla ne vienne pas l’empêcher d’en profiter politiquement.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Euro 2021: notre revue de presse #1 – Dialectik Football
  2. L’Equipe de France et la fable du coq puni pour son arrogance – Dialectik Football

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*