Espagne : Fútbol Popular | Guide – Saison 2020/21

Après plus de six mois sans jouer le moindre match officiel – excepté pour Xerez et Logroñes qui ont pris part aux play-off de Tercera – les clubs d’initiative populaire retrouvent le chemin des terrains, non sans incertitudes quant au contexte sanitaire. Les groupes de Tercera et Segunda B ont de toutes manières été divisés en sous-groupes par la Fédération. Ce qui aura pour effet de diminuer le nombre de matchs. Une manière de minimiser les risques de perturbation de la saison. Dans ce climat quelle carte auront à jouer les clubs de futbol popular? Petit tour d’horizon.

************

Niveau régional (8e div à 5e div) : FC Tarraco | Indepediente de Vallecas | CD Cuenca-Mestallistes | Rosal FC | Arrontegi FK | UP Palencia | Atlético Club de Socios | Orihuela Deportiva CPF | UD Aspense • Tercera Division (4e div.) : CAP Ciudad de Murcia | CP Almeria | Xerez DFC | UD Ourense | UC Ceares | Avilés Stadium CF • Segunda B (3e div.) : SD Logrones | Unionistas de Salamanca •

 




SD Logroñes

Fondé en 2009 • Estadio Mundial 82 • https://sdlogrones.com/
Segunda B – Gr. III.2 ~ Saison 2019/20 : 1er (Tercera – La Rioja)

C’est un peu, sur le plan sportif, un des fleurons du football populaire espagnol. Six saisons après l’avoir quitté, la SD Logroñes retrouve la Segunda B (3e division). Une montée obtenue au bout d’une saison accrochée jusqu’à la fin avec le CD Varea. Pour cette saison 2020/21 singulière avec un format en trois phases qui verra les clubs engagés s’affronter au sein de sous-groupes de 10 équipes, la SD Logroñes hérite d’un sous-groupe abordable. Du moins sur le papier. Malgré un des plus petits budgets (510.000 euros), l’une des trois premières places, assurant une place dans la future Segunda B « Pro » qui commencera en 2021/22, semble parfaitement accessible. Il faudra alors s’appuyer sur la dynamique de la saison dernière. Si, avec douze nouveaux joueurs, l’effectif a été grandement renouvellé, l’équipe pourra encore s’appuyer sur trois des quatre joueurs offensifs qui ont marqué plus de 10 buts la saison passée: « Imagol » Etxebarria, Achi et le jeune Diego Esteban qui a de nouveau été prêté par le Bétis. Les milieux Diego Lacruz et Javito, et les défenseurs Borja Aizpun et Miguel Ledo (257 matchs / 28 buts), capitaine et au club depuis sa fondation, ont aussi prolongé. On suivra particulièrement les deux latéraux recrutés, Loza (déjà passé par le club) et le jeune Alain (21 ans), arrivé en provenance du Xerez DFC, autre club de futbol popular. A noter aussi le recrutement de l’espoir Bilal, qui s’est distingué durant la préparation, qui a tout de la bonne pioche. Les dirigeants ont eu la bonne idée d’ajouter de l’expérience à cet effectif avec le milieu défensif Rodellar, qui entame sa quinzième saison en Segunda B (plus de 300 matchs), mais surtout le défenseur Cesar Caneda, 42 ans, passé par l’élite avec l’Athletic Bilbao et qui sort d’une saison pleine chez le voisin UD Logroñes avec lequel il a participé à la montée en 2e division. Une expérience qui sera sans aucun doute indispensable aux Blanquirrojos pour bien figurer et éviter de faire l’ascenseur. Le club a repris le chemin de l’entraînement depuis 2 septembre, mais dans le contexte sanitaire très instable, il n’a pu disputer que trois rencontres amicales, avec notamment une victoire de prestige face à Numancia. Une préparation tronquée sur la fin par plursieurs cas de Covid au sein de l’effectif. Trois semaines après leur dernier match amical, quel est leur niveau de certitudes? Première réponse, le 18 octobre prochain face aux zaragozanos du CD Ebro.

Objectif: Assurer le maintien en Segunda B, et pourquoi pas sortir de la première phase dans les trois premiers de son sous-groupe.




Unionistas de Salamanca CF

Fondé en 2013 Estadio Reina Sofia https://www.unionistascf.com/
Segunda B – Gr. II.1 ~ Saison 2019/20 : 16e

Belle histoire que celle d’Unionistas de Salamanca! Apparu à l’initiative des socios dans le contexte de disparition du club historique de la ville, l’UD Salamanca, sur-endetté. Depuis sa création, l’Unionistas s’engage à faire vivre la mémoire de l’UDS « sans se faire passer pour elle, ni comme son héritier ou son représentant ». Son logo est d’ailleurs un hommage, avec la mention « In memoriam UDS 1923-2013 », parlant de lui-même. Une honnêteté et une humilité qui dénotent avec la basse tentative d’usurpation de cette mémoire de la part de son rival, le CF Salamanca UDS qui évolue dans la même poule de Segunda B. Mais la base sociale du football salamantin ne s’y trompe guère et se range largement derrière l’Unionistas qui comptait la saison passée sur plus de 3000 socios. Dans sa jeune histoire, le club peut déjà se targuer d’un beau parcours en Copa del Rey 2019/20, ponctué par 1/16e de finale perdu avec les honneurs face au grand Real (1-3), après avoir sorti le Deportivo La Corogne. Pour sa troisième saison au 3e échelon du football espagnol le club pourra profiter des installations rénovées de l’Estadio de la Reina Sofia. Dans cette Segunda B divisée en sous-groupe, Unionistas aura fort à faire face à l’ultra favori de sa poule: le Depor. Mais, il devra aussi profiter de l’absence de plusieurs gros morceaux dont Numancia (relégué de 2e division), Burgos ou encore la réserve de Valladolid, reversés dans l’autre sous-groupe, qui semble plus relevé. Malgré tout, Unionistas va devoir faire avec un effectif renouvelé à plus de 80%, avec dix-sept recrues sur les 21 joueurs de l’équipe première! Seuls sont restés, Gallego, Javi Navas, De la Nava et Diego González. En attaque le club a perdu ses deux meilleurs atouts offensifs de la saison passée, Guille Andrés et surtout David Grande, qui a eu l’opportunité de partir en Indian Super League au FC Jamshedpur. Mais Aythami, qui aura la charge de lui succéder, a déjà montré de belles dispositions en amical et en qualifs de Copa RFEF. Ces différentes rencontres ont permis au coach Hernán Pérez d’y voir plus clair au niveau des automatismes et de la cohésion. En témoigne la récente qualification pour les 1/8 de finale de Copa RFEF arrachée à 10 contre 11 sur le terrain de Mostoles. Les futurs adversaires du club charro sont prévenus!

Objectif: Maintien en Segunda B, même si techniquement il s’agira d’une rétrogradation d’un niveau, puisqu’elle deviendra le 4e niveau du football espagnol. L’essentiel sera d’éviter de faire partie de la charette qui descendra en Tercera.




CAP Ciudad de Murcia

Fondé en 2010 Estadio Municipal José Barnés https://www.capciudaddemurcia.com/
Tercera División – Murcia (Gr. 13-B) ~ Saison 2019/20 : 19e

Souvent cité en exemple, c’est un peu la « vitrine » de l’actionnariat populaire en Espagne. Il le porte jusque dans son nom : Club de Accionariado Popular. Le club peut aussi se féliciter d’avoir une équipe féminine engagée en Primera Nacional (3e division) et une équipe filiale, le Ciudad de Murcia – CEPAIM, évoluant en 2ª Regional, et qui remplit un rôle d’accueil des jeunes joueurs migrants. Concernant son équipe première, le CAP Ciudad de Murcia doit se saisir la décision fédérale de geler les relégations la saison passée, en raison du Covid, comme d’une seconde chance. Car sur le plan sportif, la saison dernière a été pour le moins compliquée, pour ne pas dire pire. Alors pour cette saison 2020/21, le CAP Ciudad de Murcia, qui a fêté ses 10 ans au mois de septembre, a pris des mesures : nouvel entraîneur (le septième en dix saisons) en la personne de Juan Vi Lopez et pas moins de seize recrues! Objectif visible de changer le visage de l’équipe de fond en comble. Le jeune coach (33 ans), arrivé en provenance du Muleño CF, n’a pas hésité à faire signer au CAP Murcia six joueurs de son ancien club, dont plusieurs moins de 23 ans. Outre la prolongation importante de Juanpa, le club a aussi enregistré deux retours de marque : le défenseur Cristian qui compte 120 matchs pour les Rojinegros et le gardien Miguel qui revient d’une parenthèse en D5 islandaise. Les arrivées du milieu colombien Joel et d’Álex García, très expérimenté défenseur habitué aux joutes de la Segunda B, laissent entrevoir un apport de caractère. Reste à réussir à faire jouer tout ce beau monde ensemble, et un tel renouvellement peut demander un temps d’adaptation. Il devra être le plus court possible. Et on a vu durant la préparation que ce n’était pas gagné avec notamment un inquiétant revers 6-0 concédé, certes à 10 contre 11 pendant plus d’une heure, face à Crevillente Deportivo. Dans la poule B, le CAP Murcia aura fort à faire dans son groupe avec Mar Menor et Mazarron. Il retrouvera aussi le Racing Murcia, promu, pour un derby aussi intrigant qu’attractif. Exempt pour la première journée, il devra attendre le 25 octobre et la réception de Huércal-Overa pour attaquer le championnat.

Objectif: Maintien et, au-delà de cette saison, stabiliser un collectif qui permettra, espérons-le, de revoir ces ambitions à la hausse.




Club Polideportivo Almería

Fondé en 1983 • Estadio Antonio Palenzuela de Viator https://polialmeria.es/
Tercera División – Andalucia (Gr. 9-A) ~ Saison 2019/20 : 15e

Pour ce club ressucité en 2012, après avoir mis la clé sous la porte en 2007, le bilan est largement positif. Pour sa troisième saison consécutive en Tercera, malgré les incertitudes liées au contexte économique et sanitaire, le club – qui s’est joint en janvier dernier au mouvement caritatif Common Goal lancé par Juan Mata – se sent plus fort que jamais selon les termes du nouveau président Jeyu Estrella. Il ne parle pas tant sur le plan sportif que sur la stabilité du projet et affiche l’ambition de renforcer encore cet aspect par un investissement accru des socios dans la vie du club, notamment à travers la mise en place de groupes de travail. La 15e place obtenue la saison passée incite toutefois à aborder la saison qui vient avec énormément de vigilance et de concentration. Dans la poule A de ce groupe IX de Tercera, le Poli Almeria aura évidemment une carte à jouer, mais il aura fort à faire face au Real Jaen, qui semble favori, mais aussi la réserve de l’UD Almeria et Ciudad Torredonjimeno qui ont faisait partie des équipes de haut de tableau la saison passée. Pour cet exercice 2020/21, le Poli Almeria s’appuiera sur des figures du club comme Michel qui vivra sa cinquième saison et qui devrait passer la barre symbolique des 100 matchs sous le maillot rouge et blanc, ou encore Alberto Segura en défense. Le coach Juanfran Miras pourra lui associer un renfort de taille en la personne de Josema, de retour au club après une courte expérience à Sora Calcio en Italie. Symbole du club, l’avant-centre expérimenté Pedro Ruzzo a prolongé et entamera sa huitième saison au Poli. Parmi les autres joueurs qui l’ont imité : les jeunes Lay Ablaye Sarr et Dani Garzón, ainsi que le colombien Marcos qui sera précieux au milieu de terrain. Avec huit arrivées, le Poli Almeria a procédé à un recrutement équilibré, à toutes les lignes. Si Yasser est parti pour un challenge sportif du côté de Lleida (Segunda B), le club a eu la fâcheuse surprise de voir partir Moha et Oscar Vega. Les aléas des clubs amateurs qui ne peuvent pas retenir les joueurs comme ils veulent. Ce n’est pas le principal soucis du club qui devra commencer la saison en jouant ses matchs à domicile à huis clos, suite aux mesures sanitaires prises localement. Mais il en faudra plus pour déstabiliser le Poli Almeria. Comme on dit là-bas « Tant que le Poli vit, la lutte continue ! »

Objectif: Assurer le maintien sans se causer de frayeurs inutiles et se faire plaisir avec un collectif qui s’est globalement renforcé.




Xerez Deportivo FC

Fondé en 2013 Estadio Municipal de Chapín (20.523 places) https://xerezdfc.com/
Tercera División – Andalucia y Ceuta (Gr. 10-A) ~ Saison 2019/20 : 2e

On avait quitté le Xerez Deportivo FC battu en 1/2 finale de play-off par le CD Ciudad de Lucena la saison passée. Un résultat qui permet clairement d’aborder la saison 2020/21 avec le plein de confiance pour ce club fondé en 2013 par des supporters réunis autour de la plateforme « Salvemos al Xerez » créée suite aux gros problèmes financiers du CD Xerez, alors au bord de la disparition (le club a finalement été racheté et évolue en Tercera dans le même groupe). Depuis, le Xerez Deportivo poursuit sa progression qui l’a mené en Tercera en quelques années. En parallèle, le club andalou développe ses sections futsal, athlétisme ou rugby et peut compter cette saison sur une base de plus de 2000 de socios. Pour la saison à venir, un nouveau coach, José Herrera, natif de Jerez de la Frontera, est arrivé en provenance d’Ibiza. Le Xerez DFC peut se féliciter d’avoir réussi à prolonger Edet, son défenseur central nigérian, élu meilleur joueur de la saison passée par les socios, ainsi que le milieu défensif Adri Rodriguez qui entame sa quatrième saison chez les Azulinos. Mais aussi l’avant-centre Antonio Sánchez, formé à la cantera du FC Séville, le latéral Marcelo ou encore Goma. Une ossature solide complétée par l’expérimenté Antonio Bello et par le retour d’Alex Padilla, enfant du Xerez DFC aux 200 matchs pour le club. Les recrues annoncent les ambitions du club à l’image du solide défenseur central Oca qui, même s’il a peu joué la saison passée, apportera aussi son expérience à ce niveau. Et que dire de Bruno Herrero? Le milieu de terrain de 35 ans a évolué au niveau professionnel durant plus dix saisons. Avec ses recrues, le Xerez Deportivo sera solide sur le papier. A lui d’être à la hauteur sur le terrain. Il faudra profiter du fait qu’il n’y ait pas de relégué de Segunda B et se méfier des équipes qui ont bien figuré la saison passée. Lors de la première phase ses principaux adversaires de cette poule A – outre le rival du CD Xerez  – seront l’Atlético Antoniano et Ceuta qui est un autre favori crédible. En guise de préparation, le club a participé à la Copa RFAF, de laquelle il a été sorti en 1/2 finale par Utrera aux tirs aux buts. Mais, pas de doutes, les Azulinos sont prêts pour le début du championnat le 18 octobre prochain chez le promu Cabecense.

Objectif: La montée en Segunda B et rien d’autre! Après l’avoir manqué de peu la saison passée, l’équipe s’est renforcée pour y parvenir.




UD Ourense

Fondé en 2014 Estadio de O Couto https://udourense.com/
Tercera División – Galicia (Gr. 1-B) ~ Saison 2019/20 : 8e

L’intersaison a été mouvementée du côté de l’UD Ourense. Le maire d’Ourense, le sieur Pérez Jacome s’est lancé dans la mission de faire fusionner les deux clubs de la ville, l’UD et le CF. Face à la fin de non-recevoir des Vermellos de l’UD, il a menacé le club de lui retirer ses subventions. Sûrs de leur modèle d’actionnariat populaire, les socios de l’UD Ourense n’ont pas l’intention de lâcher un pouce de terrain à Jacome qui se pense suffisamment habile pour faire revenir dans le giron des SAD un club qui est né d’un rejet de ce modèle entrepreneurial de clubs vivant à crédit. L’UDO n’a pas cédé à ces sirènes là et garde l’ambition d’atteindre l’élite un jour tout en ayant gardé ses valeurs. Pour sa troisième saison en Tercera, le club se stabilise. Parmi les quelques recrues, on retrouve Amin qui portait la saison passée le maillot du Xerez DFC. Abordant cet exercice 2020/21 avec le départ de son meilleur buteur Iago Blanco et un effectif rajeuni, l’UDO va devoir être vigilant et ne pas se laisser surprendre par le format inédit d’une Tercera divisée en sous-groupes. Dans le sien, l’UD Ourense sera notamment confronté au CF Ourense, qui a fini deuxième la saison dernière et a loupé la montée de peu. Bien plus qu’un derby, il s’agit de l’opposition entre deux modèles. Même si dans le coeur des aficionados locaux il n’y a pas match, tant la popularité de l’UDO est sans comparaison avec celle de son rival, le club d’actionnariat populaire aura à coeur de transcrire cette réalité sur le terrain. Premier round entre les deux équipes le 5 décembre. Outre le CFO, pour les premières places de cette poule B, le CD Barco et le CD Choco devraient participer à la bataille.

Objectif: Continuer de porter haut les couleurs du futbol popular galicien, et viser le haut de tableau pour se mêler à la lutte pour la montée en Segunda B.




UC Ceares

Fondé en 1946 • La Cruz • https://ucceares.com/
Tercera División – Asturies (Gr. 2-A) ~ Saison 2019/20 : 15e

« Derniers en argent, premiers dans les coeurs ». Si l’UC Ceares, équipe d’un quartier de Gijon, existe depuis 1946, sa seconde jeunesse il la vit depuis la saison 2011/12 quand une troupe de socios prônant un retour aux racines et une alternative au football marchand en reprend les rênes en remportant les élections. Sur le modèle d’autres clubs d’actionnariat populaire, notamment le CAP Murcia, la nouvelle direction met en place un fonctionnement participatif et assembléiste qui a toujours cours aujourd’hui. Depuis 2015, l’UC Ceares a joint ses forces à l’équipe féminine du Gijon F.F qui joue Primera Nacional, la 3e division féminine. Le club continue de se développer et de consolider ses bases. Certains ont pu le découvrir un peu mieux grâce au documentaire sorti en 2017, El equipo de mi barrio, de Rafa de los Arcos. Toute petite soit-elle, l’UC Ceares peut se vanter d’avoir des socios dans toutes les Asturies, et peut d’ordinaire compter sur une moyenne de 400 personnes qui viennent à La Cruz, quand l’affluence n’atteint pas le millier pour les grandes occasions. Le club gijonés est aussi un incontournable de cette Tercera División où il s’apprête à disputer sa dix-huitième saison d’affilée. Même si la dernière saison a été éprouvante et que l’équipe était dans une mauvaise dynamique en terme de résultats. Le club avait été contraint économiquement de mettre sur pied un effectif limité à 18 joueurs. Ce qui, inévitablement, a fini par se payer. Paradoxalement, l’arrêt des compétitions à cause du Covid-19 est presque bien tombé. Des changements étaient malgré tout nécessaires. Le coach Alberto Menéndez n’a pas rempilé, d’un commun accord avec le club, après cette saison délicate. Il est remplacé par Pablo Busto qui arrive du Racing de La Guia et pourra compter sur les renforts offensifs Oscar, Madeiro et Mario Buelga. En défense, l’arrivée de David Blanco apportera de la taille. Les premières rencontres serviront à se faire une idée sur le niveau réel et les ambitions que l’UC Ceares peut nourrir cette saison, où sa double confrontation face au Stadium Avilés doit déjà faire saliver les fans de futbol popular.

Objectif: Assurer rapidement le maintien.




Avilés Stadium CF

Fondé en 2015 Estadio Muro de Zaro (7000 places) http://avilesstadiumcf.com/
Tercera División – Asturies (Gr. 2-A) ~ Saison 2019/20 : 2e (Preferente Regional – Asturies)

Sans peur, à l’assaut de la Tercera ! Après sa 2e place obtenue la saison dernière en Preferente Regional des Asturies (5e division), grâce à sa défense imperméable, le Stadium Avilés poursuit sa « trajectoire quasi record » et aborde cette saison 2020/21 sans peur aucune, poussé par une dynamique ultra positive. Trois divisions gravies en seulement cinq saisons! Seul Langreo a fait mieux dans l’histoire récente du football asturien. Né à Llanares, quartier ouvrier d’Avilés dans le bassin sidérurgique des Asturies, terre de révolte, le club tient à son identité et sa singularité. « Un club différent, duquel on se sent fier », fruit de l’énergie de supporters regroupé derrière la plateforme « Por un Avilés de sus socios » en opposition à un football local dans lequel ils ne se reconnaissent pas. Malheureusement, en coulisses les choses ont quelque peu évolué. D’un club “pour le peuple et par le peuple”, le Stadium s’est vu confisqué par une junta directiva opportuniste, rangée derrière le président Sal de Rellan, et à laquelle se heurtent des socios désabusés. Pour sa découverte du 4e échelon du football ibérique, le club n’a pas fait de folie. Outre Rafa de Diego, qui remplace Yago dans les cages, et Chini devant, le Stadium Avilés compte sur le jeune franco-ivoirien Babafemo Fofana dit “Babá”, arrivé en provenance du CD Manchego, et le défenseur central de formation Ángel Bueno, qui évoluait la saison passée avec les “Juvenil” du CF Burgos. Deux recrues sur lesquelles il faudra garder un oeil. Le club avait aussi recruté l’attaquant Adrián Wojcik, mais le joueur a finalement quitté le club pour raisons familiales. Trop d’inconnues subsistent pour se faire une idée réelle des capacités du club à ce niveau, mais le Stadium Avilés sera à coups sûrs une des attractions de cette poule A du groupe asturien de Tercera, où Llanera et le Caudal Deportivo se présentent en favoris à la montée. Les derby face au Real Avilés et au Navarro CF s’annoncent haut en couleurs, tout comme la confrontation 100 % futbol popular à venir face aux amis de l’UC Ceares. Et ces trois affiches seront ses trois premiers matchs de la saison! Rendez-vous le 18 octobre prochain à Muro de Zaro avec la réception du Real Avilés.

Objectif: Se maintenir en Tercera pour sa première saison.





Atlético Club de Socios

Fondé en 2007 • El Bercial • http://atleticoclubdesocios.es/
1ª Categoría de Aficionados de la Comunidad de Madrid ~ Saison 2019/20 : 17e

Nouvelle saison pour le doyen des clubs d’initiative populaires espagnols, créé il y a treize ans de ça par des supporters de l’Atlético Madrid ne se reconnaissant plus dans la trajectoire prise par leur club de cœur. Dégoûtés par le traitement réservé aux socios et par la gestion de la famille Gil, ils ont décidé de mettre sur pied une équipe conforme à leurs valeurs. Le club en reprend les couleurs, gardant le short bleu et le maillot rayé rouge et blanc des Colchoneros, et pousse le lien jusque de le nom. L’inspiration du modèle du FC United of Manchester, les pionniers, est prégnante. “Nuestro club, nuestras reglas”, l’Atlético Club de Socios a même hispanisé le mantra “Our club, our rules” popularisé par le FCUM. Malheureusement il ne bénéficie pas encore de la même popularité que son grand frère anglais. Mais ça ne l’empêche pas de se développer. Après avoir terminé l’exercice précédent à la 17e place de son groupe (sur 18), le club a été maintenu en Categoría de Aficionados – équivalent de la 6e division – à la faveur de la décision fédérale de geler les relégations. Pour cette saison, on ne souhaite pas mieux à l’Atlético Club de Socios de s’accrocher en s’appuyant sur ses valeurs solidaires, celles du futbol popular. La situation sanitaire particulièrement tendue dans la région madrilène fait que la préparation d’avant-saison du Socios a été – comme pour ses adversaires – grandement perturbée. Le résident du Bercial n’a qu’une demi-douzaine d’entraînements dans les jambes et est au repos forcé depuis que l’état d’urgence a été décrété. La reprise des compétitions régionales madrilènes a été repoussée au week-end du 15 novembre mais, en l’absence de publication de calendrier officiel, l’incertitude plane toujours.

Objectif: Se maintenir et… jouer.




Orihuela Deportiva CFP

Fondé en 2016 Polideportivo municipal El Palmeral http://cfporihueladeportiva.com/
1ª Regional Valenciana ~ Saison 2019/20 : 12e

En août 2019, le CFP Orihuela faisait parler de lui pour le 75e anniversaire de la Libération de Paris en éditant un maillot hommage à “La Nueve”, cette compagnie de combattants antifascistes espagnols connue comme étant la première unité à avoir atteint l’Hôtel de Ville. Voilà qui annonce la couleur d’un club qui ne pense pas que le football se limite au rectangle vert et se présente comme « une alternative au football marchand » a fêté ses 4 ans pendant le confinement. Un crève-cœur quand son modèle, à l’instar des autres équipes de futbol popular, remet les supporters au centre de l’organisation du club et du processus de décision. Même s’il ne faut pas oublier l’interruption en cours de saison, Orihuela s’est bien accroché pour ses débuts en 1ª Regional. Et les Jaunes et Noirs auront un peu plus d’expérience pour y faire bonne figure cette saison, sans oublier les actions sociales et solidaires qui tiennent à cœur aux membres du club : soutien aux luttes LGBTI, solidarité alimentaire, parrainage de la lutte contre le cancer du pancréas, partenariat avec la fondation Miguel Hernandez, du nom du célèbre poète antifasciste oriolano, mort dans les prisons franquistes en 1942. Pour cette saison 2020/21, la Deportiva sort d’une campagne de matchs de préparation des plus satisfaisantes, avec César Álvarez comme nouveau coach de l’équipe première. Et les Oriolanos auront la bonne surprise de retrouver l’UD Aspense, qui vient d’être promu, pour le derby futbol popular de la province d’Alicante.

Objectif: Sur le terrain comme en dehors, un seul objectif : continuer sur sa lancée !




CD Unn Popular Palencia

Fondé en 2018 • https://www.unionpopularpalencia.com/
1° División Provincial – Palencia ~ Saison 2019/20 : 19e

Il existe à Palencia, bourgade de 80 000 habitants, un noyau de socios suffisamment passionnés pour insister dans la voie du football populaire après l’échec de l’expérience du CD Palencia, club qui avait accueilli les premières Rencontres de Futbol Popular en Espagne en 2014. Les socios à l’origine de l’UP Palencia reviennent en effet de loin et auraient pu baisser les bras après que ele club du CD Palencia créé selon les principes assemléistes et démocratiques du futbol popular ait été accaparé par quelques opportunistes qui voulaient en faire une structure lucrative. Une expérience qui montre que développer un club de futbol popular est un combat quotidien pour ne pas être rattrapé par les écueils du football moderne. Aujourd’hui, charge à la jeune Union Popular Palencia de faire exister ce modèle d’actionnariat populaire et de l’installer durablement dans l’histoire chaotique d’un football palentino aujourd’hui dominé par le Palencia Cristo Atlético qui joue en Tercera. Les membres de l’UP Palencia sont aussi investis dans le mouvement international qui oeuvre  l’essor du football populaire. Pour sa troisième saison, comme beaucoup de clubs d’initiative populaire, l’enjeu est encore de se pérenniser pour l’Union Popular Palencia et son activité sociale, notamment contre le dépeuplement des campagnes et pour raviver l’espace rural. Le design de son nouveau maillot s’inscrit d’ailleurs dans cet engagement, en reprenant une fresque de Raquel Lazaro à ce sujet. Les joueurs l’étrenneront en 1° División Provincial de Aficionados, niveau que le club aurait probablement du quitter sans la suppression des descentes en raison du Covid-19. L’Union Popular Palencia va donc devoir sérieusement batailler pour se maintenir au 6e échelon. Mais vu son parcours, ce n’est pas ça qui va l’effrayer.

Objectif: Pérenniser le football populaire à Palencia et se battre avec ses valeurs pour se sauver dans la division.




UD Aspense

Fondé en 2016 • Estadio municipal Las Fuentes
1ª Regional Valenciana ~ Saison 2019/20 : 2e (2ª Regional Valenciana)

L’UD Aspense fait patie des équipes d’initiative populaire les plus modestes. A l’origine l’association ADN Aspense, créée avec l’objectif de remettre sur pied le club historique de la ville disparu en 1998, s’est inspirée du modèle du CAP Murcia qui les a accompagné dans leur aventure. Présidé depuis le début par Dani Pujalte, l’UD Aspense ne dispose toujours pas de buvette pour arrondir ses fins de mois et vit principalement des cotisations de ses membres et des apports de ses sponsors. Le club de la province d’Alicante s’apprête à vivre aujourd’hui sa cinquième saison, galvanisé par la montée en 1ª Regional Valenciana obtenue la saison dernière et saluée comme il se doit sur les réseaux sociaux par l’ensemble des clubs de futbol popular. Un succès auquel l’arrivée du coach Antonio Garcia l’an dernier, et son staff technique, ne sont certainement pas étrangers. Noter qu’en 1ª Regional Valenciana il ne faudra pas confondre l’UD Aspense avec son voisin l’Aspe UD qu’il retrouvera, après avoir affronté sa réserve en 2ª Regional. Voilà un joli derby en perspective pour cette ville de 20 000 habitants qui sera l’occasion pour nous de découvrir un peu plus cette valeureuse équipe de l’UD Aspense. Sans parler du match face au CFP Orihuela.

Objectif: Se maintenir.




CD Cuenca-Mestallistes

Fondé en 1925 Campo de Futbol Malilla https://cdcuencamestallistes.com/
2ª Regional Valenciana ~ Saison 2019/20 : 5e

Le CD Cuenca-Mestallistes 1925 a beau être un club presque centenaire, c’est un nouveau venu sur la scène de l’actionnariat populaire. Le club tient son nom de la rue Cuenca à Valence, où il a vu le jour. Il est surtout connu pour avoir servi de base au Valencia CF pour son équipe filiale, le CD Mestalla, dans les années 40. Ce qui en fait une des pierres du valencianisme. Il se revendique d’ailleurs de l’héritage de cette fameuse filiale du CD Mestalla et son passage au modèle de l’actionnariat populaire coincide avec les temps chaotiques vécus par les supporters du Valencia, dégoûtés par la gestion de Peter Lim et sa clique. Une gouvernance vécue comme une dépossession totale de leur club de coeur. Dans ce contexte, le CD Cuenca se propose comme une humble alternative, sans jamais prétendre à concurrencer ni à suppléer un jour le grand Valencia. Pour l’aider dans sa démarche, le CD Cuenca a frappé un grand coup en nommant la légende argentine Mario Kempes, président d’honneur du club. Rien que pour ça, il faudra garder un oeil sur l’évolution du CD Cuenca-Mestallistes 1925.

Objectif: Monter en Primera Regional est complètement dans ses cordes.




Arrontegi FK

Fondé en 2019 Campo Serralta de Barakaldo
2ª Regional Biskaia ~ Saison 2019/20 : 5e

Né il y a un peu plus d’un an sur les ruines de l’UD Burtzeña, ce petit club du quartier Rontegi de Barakaldo affiche fièrement son identité sociale et antifasciste. Selon Unai Castillo, président du club: « Avec la création du club, nous voulons récupérer les valeurs qui sont perdues avec le soi-disant football moderne, qui sont extrapolées à la société : des valeurs telles que le respect, l’engagement, la camaraderie, l’esprit sportif… Nous travaillons pour que dans le quartier nous puissions réduire les injustices sociales et nous aidons dans ce qui est entre nos mains à soutenir les plus défavorisés. Nous aimerions que tout Rontegi soit fier de son club, même s’il n’aime pas forcément le football. » Si le développement du club est probablement freiné par des problèmes d’infrastructures sportives sur la ville de Barakaldo, il peut compter sur le soutien des habitants du quartier et notamment ses supporters, les Rontegi Hintxak.

Objectif: Durer, grandir et continuer de se développer sur ses valeurs militantes. Et sinon, jouer le haut de tableau.




Rosal FC

Fondé en 1929 • Estadio “H.F.E. Tensi 1”- Oviedo
2ª Regional Asturias ~ Saison 2019/20 : 9e (Gr. 2)

« Un club historique, asturien, démocratique, populaire et engagé ». Le club ovetense, dont la devise est « Mocedá Y Optimismu », existe depuis plus de 90 ans. Le Rosal FC, présidé par María Xosé Martínez, a entamé depuis quelques saisons sa mutation en club d’actionnariat populaire. Depuis 2019, le club a franchi une étape vers un fonctionnement complètement assembléiste. Il organise les Cafetinos del Rosal, une assemblée bi-mensuelle des socios où se discute l’actualité du club et où se prennent des décisions. Comme la plupart des clubs de futbol popular, il se distingue par son engagement dans des causes sociales, comme le soutien aux réfugiés ou encore à la lutte contre l’homophobie. Son refus des sponsors venant de l’industrie du pari lui a valu aussi un regain de popularité. Le club compte un passage éclair en 1ª Regional comme meilleure performance. Mais c’est avant tout un habitué de la 2ª Regional Asturias. Sa longévité alliée à sa transformation récente en club populaire en fait un club amateur inédit. Reste à voir si ça se traduit en résultats sur le terrain.

Objectif: Jouer le haut de tableau.




CD Independiente de Vallecas

Fondé en 2018 • https://independientedevallecas.com/
3ª Categoría de Aficionados de la Comunidad de Madrid ~ Saison 2019/20 : 5e (Gr.7)

« Ce qui a commencé comme une discussion informelle est devenu un projet sérieux avec un objectif très concret : rendre hommage à notre quartier en promouvant ses valeurs et son identité. » Un quartier « de lutte, de résistance et d’associationnisme ». Vallecas, quartier ouvrier de Madrid, est surtout connu pour être le bastion du Rayo Vallecano, et des Bukaneros 92. Au -delà des considérations sur la défense d’un football populaire et démocratique, les membres de l’Independiente de Vallecas, aka “La Burdeos”, né dans le mythique pub vallecano “Pon de Beber”, conçoivent leur club comme un outil de lutte contre le fascisme et les discriminations sexistes et homophobes. Alternative à ce football marchand qui réduit les supporters en clients d’un spectacle. Cette très jeune formation a aussi réalisé un de ses objectifs à court terme en mettant sur pied une équipe féminine prête à disputer cette saison 2020/21. Pour appuyer ce projet, un maillot mettant à l’honneur la lutte contre les violences faites aux femmes a été édité. Sur le terrain, il s’agira pour l’Independiente de Vallecas, qui partage les installations de l’UDM Elida Olimpia, de confirmer la belle 5e place obtenue pour sa première saison, et pourquoi pas accrocher la montée en 2° División Regional. Pour ce faire, La Burdeos, coachée par le binôme Carlos Castellano et Edu Arroyo, pourra compter sur une de ses pièces maîtresses avec l’attaquant Carlos Sabroso, tout premier buteur de l’histoire du club en match officiel. Mais le club a vu sa préparation d’avant-saison complètement tronquée par l’état d’urgence sanitaire appliqué dans la Communauté de Madrid, avec le reconfinement partiel de plusieurs quartiers ouvriers, dont Vallecas. Un confinement de classe. Dans ce contexte, l’Independiente a suspendu sa préparation et manifesté sa solidarité envers les habitants du quartier, se justifiant dans un communiqué: « Nous sommes pleinement conscients que cela nous sera préjudiciable sur le plan sportif, mais nous avons aussi la certitude qu’un Club comme le nôtre doit être exemplaire en mettant le ballon au second plan lorsque la situation sociale l’exige ». Comme pour l’Atlético Club de Socios, l’Independiente va devoir patienter, la reprise des compétitions régionales madrilènes ayant été repoussée au week-end du 15 novembre.

Objectif: Continuer de rendre fier Vallecas, et monter en Segunda Regional.




FC Tarraco

Fondé en 2012 • Estadi Municipal de Torreforta
Quarta Catalana – Tarragona ~ Saison 2019/20 : 18e

Le petit poucet des clubs de futbol popular dans les ligues amateurs ibériques, s’apprête à disputer une nouvelle saison en Quarta Catalana, au plus bas échelon. Fort d’une centaine d’adhérents à son lancement, le FC Tarraco, tout premier club d’actionnariat populaire de Catalogne, a vu le jour en 2012 à l’initiative d’habitants de Torreforta, un quartier de Tarragone, qui se sont inspirés des modèles de clubs déjà existants. Un club du peuple, pour le peuple, et opposé au football moderne. Voilà comment se présente le FC Tarraco qui se définit comme un projet social avant d’être sportif. Ancré dans le quartier, le club y organise des collectes de nourriture, ou de jouets à Noël pour les enfants des familles démunies. Malgré son niveau le club peut compter sur un petit groupe de supporters la Barrikada Ponent. Pour la saison à venir, l’objectif est de continuer à solidifier le club – qui compte aussi une section féminine – et poursuivre le travail social de fond engagé sur le quartier. Outre son équipe première, le FC Tarraco c’est aussi une école de foot destinée aux enfants du quartie, une équipe féminine et une équipe de sport adapté. Dans le contexte sanitaire actuel, certains partenaires et sponsors n’ont pas pu poursuivre leur collaboration avec le club. Alors un appel à soutien financier a été lancé sur internet. Sur le terrain, le FC Tarraco étrennera un nouveau maillot (sorti par équipementier antifasciste italien RageSport) – claret and blue comme West Ham – rendant hommage à la ville et son Balcó del Mediterrani.

Objectif: Continuer à tisser sa toile sur le plan social, et faire mieux que la saison passée sur le terrain

 

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Football populaire – Principaux résultats du week-end #4 | 17-18 Oct. 2020 – Dialectik Football
  2. En Espagne, la publicité pour l’industrie des paris sportifs devrait bientôt disparaître des maillots – Dialectik Football

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*